La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > SOS homophobie dénonce le double langage de l’UMP

SOS homophobie dénonce le double langage de l’UMP

date de redaction mercredi 20 juin 2007


Vanneste, Ceccaldi-Raynaud, Occolier, ... l’association de lutte contre l’homophobie fait le bilan des élections législatives.


communiqué SOS Homophobie - 18/6/2007

Christian Vanneste, député UMP de la 10ème circonscription du Nord, a été condamné en appel en janvier 2007 pour injure envers les homosexuels, sur la base d’une loi votée par la majorité UMP. A l’issue du jugement, Nicolas Sarkozy avait fermement condamné ces propos et indiqué au Figaro que l’UMP ne le réinvestirait pas aux élections législatives. Valérie Pécresse, porte-parole de l’UMP, avait déclaré que les instances de l’UMP seraient saisies de la situation de ce député [1].

Aujourd’hui, SOS homophobie constate que Christian Vanneste, réélu sans être étiqueté UMP, a disposé du soutien de tous les responsables locaux de ce parti, qu’aucun candidat UMP ne lui a été opposé, et qu’il a de plus participé, le 22 mai, au buffet organisé à Matignon en l’honneur des parlementaires UMP par le Premier ministre François Fillon. SOS homophobie dénonce ce soutien et demande à l’UMP de retrouver un minimum de cohérence avec ses engagements en ne permettant pas à M. Vanneste d’appartenir au nouveau groupe UMP de l’Assemblée.

Par ailleurs, Mme Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui a été condamnée pour diffamation par le tribunal correctionnel de Nanterre (jugement confirmé par la cour d’appel de Versailles le 26 avril 2007) pour avoir insinué qu’un militant socialiste homosexuel avait des penchants pédophiles, a été investie par l’UMP pour reprendre l’ancienne circonscription de Nicolas Sarkozy dans les Hauts-de-Seine, et a été élue au premier tour.

Ainsi, en soutenant Christian Vanneste et en investissant Joëlle Ceccaldi-Raynaud, l’UMP tient un double langage inadmissible. Officiellement l’UMP dénonce l’homophobie, mais par ses décisions politiques elle envoie en fait à l’opinion le signal que les propos et amalgames homophobes sont finalement des écarts négligeables. M. Sarkozy avait annoncé en janvier 2006 qu’il exclurait Christian Vanneste. L’UMP a en fait exclu en mai ses candidats dissidents, montrant qu’il est à ses yeux plus grave de chercher les suffrages du peuple que d’injurier les homosexuel-le-s ou d’insinuer qu’ils sont pédophiles.

Enfin, SOS homophobie se félicite de la défaite, dès le premier tour, du candidat PS à la Martinique Raymond Occolier, qui, en opposition frontale avec le projet du PS, avait entre autres déclaré le 1er octobre 2006 : "J’ai été élevé dans les valeurs de la chrétienté, je l’affirme, je ne veux pas de mariage homosexuel. Dans la Bible, Dieu dit que c’est une abomination."

SOS homophobie attend de tous les partis politiques une détermination sans faille et sans équivoque dans la lutte contre l’homophobie.

SOS homophobie

Notes :

[1] M. Vanneste a notamment déclaré : "L’homosexualité est une menace pour la survie de l’humanité", "Je connais beaucoup de jeunes homosexuels et je leur apporte mon aide en les dirigeants vers des médecins de façon à ce qu’ils puissent être aidés et soignés", "L’homosexualité est inférieure à l’hétérosexualité", "Le comportement homosexuel est un comportement sectaire".


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur