La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Affaire Admiral T : Donnedieu de Vabres s’en va sur un gros mensonge

Affaire Admiral T : Donnedieu de Vabres s’en va sur un gros mensonge

date de redaction vendredi 18 mai 2007


Interpellé sans relâche sur la récompense remise au chanteur aux paroles homophobes, le ministre de la Culture finit par les condamner, du bout des lèvres selon An Nou Allé.


communiqué de presse An Nou Allé ! n°TR2007/003POL003 - 14 mai 2007

Interpellé sans relâche depuis le 19 mars au sujet du prix Sacem Guadeloupe du meilleur interprète masculin, finalement remis le 30 mars au chanteur homophobe Admiral T, le ministère de la culture et de la communication vient de réagir. Par lettre datée du 3 mai adressée à An Nou Allé, son chef de cabinet indique que Renaud Donnedieu de Vabres « condamne les propos homophobes qui auraient été prononcés par ce chanteur ».

S’il convient de se réjouir que le ministère de la culture sorte enfin du silence, il faut bien constater que le conditionnel employé (« auraient ») minore fâcheusement des propos parfaitement avérés. De plus, le chef de cabinet de Renaud Donnedieu de Vabres précise que notre « requête ne relève pas des compétences de son ministère » et que, « la SACEM étant un organisme indépendant, le ministre ne peut interférer dans ses choix ».

Cette précision serait plus crédible si un représentant du même ministre, Philippe Bon, chargé de la musique à la DRAC Guadeloupe, n’avait pas « interféré dans les choix de la SACEM » en remettant personnellement sa récompense à Admiral T.

Une fois de plus, il faut constater que si l’homophobie est désormais officiellement réprouvée par la plupart des représentants de l’État ou de l’industrie du disque, ses manifestations sont systématiquement minorées ou excusées (ici par un conditionnel), avant d’être finalement cautionnées de fait (ici par la remise en main propre d’une récompense). Cela s’appelle un double discours ou, plus crûment, de l’hypocrisie.

An Nou Allé et Tjinbé Rèd dénoncent l’incohérence et la lâcheté d’une classe politique qui, toute essoufflée d’avoir voté la loi du 30 décembre 2004 contre les propos homophobes, n’a de cesse d’ignorer sa lettre et de violer son esprit (qu’il s’agisse de l’UMP, laquelle ne devrait pas présenter de candidat contre Monsieur Vanneste, candidat homophobe aux législatives dans le Nord, ou du PS, lequel devrait présenter Monsieur Occolier, candidat homophobe aux législatives en Martinique).


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur