La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > L’Inter-LGBT demande au président de la République d’ouvrir la (...)

L’Inter-LGBT demande au président de la République d’ouvrir la discussion

date de redaction mardi 15 mai 2007


Union civile, mariage, adoption, origine génétique de l’homosexualité : pendant la campagne électorale, l’Inter-LGBT a rendu publics de graves désaccords avec le nouveau président de la République, Nicolas Sarkozy. L’Inter-LGBT prend toutefois acte de son élection, et lui demande d’ouvrir le dialogue, sur les sujets où des négociations sont possibles et souhaitables : amélioration du pacs, création d’un statut du beau parent, lutte contre les discriminations à l’école et au travail, rôle de la France dans le monde, situation des personnes trans. L’Inter-LGBT ne renonce pas à la défense d’une égalité pleine et entière, et veillera à ce que le débat public se poursuive.


communiqué Inter-LGBT - 14 mai 2007

Nicolas Sarkozy a été élu président de la République. Durant la campagne, son projet, comprenant la création d’une Union civile réservée aux couples homosexuels qui viendrait remplacer un pacs ouvert à tous, a suscité la plus grande inquiétude chez les associations LGBT, qui s’y sont pour la plupart déclarées opposées. L’Inter-LGBT n’a pas non plus ménagé ses critiques quant au refus d’ouvrir le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. Enfin, les déclarations de Nicolas Sarkozy sur l’origine innée voire génétique de l’homosexualité, qu’il expliquait par une "fragilité préalable", ont beaucoup choqué. Sur toutes ces questions, l’Inter- LGBT constate de graves désaccords, et réaffirme son attachement à défendre une égalité pleine et entière, en particulier à l’occasion des élections législatives.

Réunies en Conseil ce samedi 12 mai, les associations membres de l’Inter-LGBT ont toutefois pris acte de l’élection de Nicolas Sarkozy. A l’unanimité, elles demandent au nouveau président de la République d’ouvrir un dialogue, et d’engager des négociations, sur plusieurs points :

  • La création d’une Union civile comporterait beaucoup d’inconvénients, comme l’enfermement des couples homosexuels dans un statut qui leur serait spécifique, avec des obligations contraignantes (divorce), et la disparition d’un pacs aujourd’hui ouvert à tous les couples qui veulent trouver une alternative souple au mariage. Une amélioration du pacs (possibilité de signer en mairie, égalité fiscale et successorale, droit au séjour amélioré) aboutirait à un résultat proche de celui voulu par Nicolas Sarkozy, sans ces graves inconvénients, et sans susciter l’hostilité des associations : c’est une piste de travail que l’Inter-LGBT propose au président de la République ;
  • Nicolas Sarkozy s’est engagé en faveur de la création d’un statut du beau-parent : l’Inter-LGBT est prête à avancer sur la base des conclusions du rapport de la Défenseure des enfants, Dominique Versini, qui propose des mesures concrètes et modernes visant à améliorer l’exercice quotidien de l’autorité parentale et son partage dans les familles recomposées ;
  • Nicolas Sarkozy a marqué un accord de principe en faveur d’un renforcement de la lutte contre les discriminations au travail et à l’école ; l’Inter-LGBT demande que son gouvernement, à la différence du précédent, prenne enfin au sérieux cette question, particulièrement le futur ministre de l’Éducation nationale ;
  • Situation des personnes trans : « Que le transsexualisme soit considéré par principe comme une maladie psychiatrique me choque. » avait écrit Nicolas Sarkozy à l’Inter-LGBT. Il reconnaissait en outre ne pas avoir d’opinion sur les problèmes relatifs aux soins médicaux. Sur ce dossier aussi, l’Inter-LGBT attend que les pouvoirs publics passent enfin aux actes.
  • Lutte contre les persécutions dont sont victimes les personnes LGBT dans le monde : Nicolas Sarkozy a promis de s’engager à « défendre les droits de l’Homme partout dans le monde ». Là aussi, l’Inter-LGBT souhaite une rupture avec les pratiques actuelles de la diplomatie française.

Depuis qu’il a été désigné président de l’UMP, Nicolas Sarkozy n’a jamais ouvert le dialogue avec l’Inter-LGBT. Alors qu’il est élu président de la République, l’Inter-LGBT attend que l’ouverture affichée débouche réellement sur des discussions franches et constructives.

Fermement attachée à une égalité complète entre tous les couples, l’Inter-LGBT ne renonce pas à son projet d’aboutir à l’ouverture du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe. Elle ne désespère pas de convaincre un jour le camp présidentiel d’entendre raison, comme il l’a déjà fait en reconnaissant récemment le pacs comme une avancée. Elle poursuivra en ce sens le dialogue avec toutes les forces démocratiques du pays.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur