La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > La Sacem s’apprête à récompenser des homophobes

La Sacem s’apprête à récompenser des homophobes

date de redaction jeudi 22 mars 2007


Deux chanteurs antillais qui incitent ouvertement à tuer les pédés dans leurs oeuvres sont en bonne position pour remporter les prix annuels décernés par la société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique.


communiqué de presse n°ANA2007/52 d’AN NOU ALLÉ ! CGL Antilles-Guyane & Outre-Mer, Association des NoirEs LGBT & de leurs amiEs en France, - 21 mars 2007

Lundi matin, An Nou Allé alertait la SACEM (Société des auteurs compositeurs et éditeurs de musique) au sujet des listes des artistes pressentis pour obtenir les Prix Sacem 2007 en Guadeloupe et en Martinique. En effet, deux promoteurs de la « murder music » - cette musique de mort très rentable, surtout présente dans le dancehall, le reggae ou le ragga, dont les interprètes appellent ouvertement à la haine et au meurtre des personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) - figurent sur ces listes : Admiral T, nommé cinq fois dans quatre catégories en Guadeloupe, et Lieutenant, nommé une fois en Martinique.

La Sacem a accepté de nous rencontrer d’ici la fin du mois, tout en annonçant qu’elle ne pourrait rien faire pour éviter que des récompenses soient attribuées à ces deux délinquants du micro, et tout en précisant qu’elle ne pourrait pas non plus les leur retirer si elles leur étaient attribuées. Nous avons donc, comme nous l’avions annoncé, saisi le cabinet du ministre de la culture et de la communication qui a pris note avec attention des circonstances de ce scandale annoncé, mais qui n’a pas souhaité nous indiquer, à ce stade, si Renaud Donnedieu de Vabres interviendrait.

Hier soir sur Télé Martinique, le délégué régional de la Sacem en Martinique était interrogé sur cette chronique d’un scandale annoncé. Christian Boutant a estimé qu’il s’agissait d’un « malentendu » puisque les titres pour lesquels Admiral T et Lieutenant sont nommés ne contiennent pas de paroles homophobes... Monsieur Boutant maîtrise l’art de ne pas comprendre. Admiral T et Lieutenant n’ont plus besoin d’interpréter des titres que tout le monde connaît dans la communauté antillaise, et qui leur assurent une solide rente de situation. Ce que nous leur reprochons, c’est d’avoir interprété ces titres et de ne jamais s’en être excusés. Pire même, concernant Admiral T : il a purement et simplement dénié avoir interprété de telles horreurs !

Pouvons-nous rappeler à Monsieur Bernard Miyet, président du directoire de la Sacem, ancien ambassadeur itinérant chargé des négociations relatives à « l’exception culturelle » dans le cadre des négociations du GATT, que l’homophobie et le sexisme dont Admiral T et Lieutenant abreuvent ou ont abreuvé leurs auditoires sont des « exceptions culturelles » qu’il serait souhaitable de ne pas récompenser ? Pouvons-nous lui rappeler qu’Admiral T se faisait fort, dans sa chanson « Makoumé » commercialisée de 2001 à 2004, de « brûler les pédés qui restent près de l’hôtel de ville » ? Qu’il ajoutait, dans sa chanson « Burn Pédofil » commercialisée en 2004, qu’un « pédophile c’est un père pédé » ? Que Lieutenant, avec ses amis D. Pleen et Straika, interprétait encore, lors du dernier Festival culturel de Fort-de-France le 12 juillet dernier, des paroles aussi douces et pacifiques que : « Je bute les pédés », « Brûlez les pédés », « Saignez les pédés », « On n’a rien à attendre de l’Europe, y’a que des homos là-bas » ?

Les Prix Sacem 2007 seront remis aujourd’hui en Martinique et le vendredi 30 mars en Guadeloupe.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur