La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > L’APGL réagit à l’adoption simple au sein d’une famille homoparentale

L’APGL réagit à l’adoption simple au sein d’une famille homoparentale

date de redaction lundi 19 février 2007


L’association souhaite que cessent les bricolages dans l’intérêt des enfants.


communiqué APGL - 16/2/2007

La cour d’appel d’Amiens a donc prononcé le 14 février 2007 l’adoption simple d’un petit garçon de deux ans et demi par la compagne de sa mère biologique, confirmant ainsi la décision prise en première instance.

Il s’agit de la troisième famille obtenant en France une décision de justice de ce type.

Mais en acceptant l’adoption simple par sa compagne, la mère biologique perd ses droits parentaux. Si elle souhaite les récupérer elle doit maintenant obtenir de la justice une délégation-partage de l’autorité parentale la rétablissant dans les droits qu’elle vient de perdre. Si cette décision de justice est une première étape on voit bien qu’il reste du chemin à ce couple pour devenir une famille "comme les autres" où les deux parents soient égaux, et détenteurs de l’autorité parentale.

La famille Picard-Boni, et une autre famille de Besançon , toutes deux membres de l’APGL ,restent donc pour l’instant les seules familles françaises où deux personnes de même sexe détiennent les mêmes droits que les autres familles.

L’intérêt de l’enfant exige que la relation construite avec tous ses parents soit pérennisée.

Quand le législateur français prendra-t-il en compte les demandes des familles homoparentales et quand cesseront les "bricolages" auxquels ces familles sont obligées d’avoir recours ?

La période électorale est l’occasion pour que certains candidats, cessant de fantasmer sur une famille française idéale et immuable, réalisent enfin qu’il existe une multitude de formes familiales dont certaines sont moins protégées que d’autres.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur