La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Hommages à Gérard Bach Ignasse

Hommages à Gérard Bach Ignasse

date de redaction lundi 3 février 2003


Denis Quinqueton, président du Collectif, Jan-Paul Pouliquen, son fondateur, et toutes celles et ceux qui, pendant 12 ans, ont combattu avec eux pour le pacs ont la douleur d’ annoncer la disparition de Gérard Bach Ignasse, membre du comité d’animation du Collectif.


Denis Quinqueton, président du Collectif, Jan-Paul Pouliquen, son fondateur, et toutes celles et ceux qui, pendant 12 ans, ont combattu avec nous pour le pacs ont la douleur de vous annoncer la disparition de

Gérard Bach Ignasse, membre du Comité d’animation du Collectif, maître de conférence à l’université de Reims, directeur de l’Observatoire des moeurs, directeur du DESS Conseiller médiateur : genres et sexualités, gai gourmet mystique.

Il avait 51 ans, quelques défauts et de nombreuses qualités.

Hommages à Gérard Bach Ignasse

- Les obsèques de Gérard auront lieu à Croissy-sur-Seine, mardi 4 février 2003 à 15 heures à l’église et à 16 heures 30 au cimetière de Croissy.

- Le Collectif Pacs, etc propose aux amis, aux militants, aux compagnons, grace à la gentille invitation de Jacques Bravo, maire du 9e arrondissement de Paris et de Jean-Bernard Peyronnel, maire-adjoint, de nous retrouver pour rendre hommage à Gérard, vendredi 7 février à 19 heures 30 dans la salle du conseil de la mairie du 9e.

Gérard, un empêcheur de penser en rond

On lui doit quatre lettres, ou plutôt l’assemblage de quatre lettres dont on n’a pas fini de parler ! Un "P", suivi d’un "A", à côté duquel se place un "C" poursuivi par un "S". C’est lui qui, un beau jour de 1998, alors qu’il fallait trouver un nouveau nom au contrat d’union civile et sociale, nous a donné cette formule, le pacte civil de solidarité, le pacs, la paix. Proposition paradoxale dans le climat d’alors, tendu, parfois haineux et toujours polémique. Il goûtait le paradoxe et la paix, lui l’infatigable militant. Depuis les comités de soldat des années 70, le Comité d’urgence anti-répression homosexuelle du début des années 80 jusquíau le collectif pour le Contrat d’union civile né au début des années 90, il síattacha à inscrire le mouvement social - homosexuel - dans une démarche politique. Il joua un rôle décisif pour que líhomosexualité passe du code pénal au code civil avec líabolition de líarticle 331-2 du premier et líinscription du pacs dans le second. Militant infatigable, Gérard était aussi un formidable vivant qui créa les "Gais Gourmets Mystiques", pour le plaisir de la chair, de la chair et de la chaire !

Militant infatigable, formidable vivant et... empêcheur de penser en rond. C’est sans doute cette dernière expression qui l’évoque le mieux. Juriste, il cherchait constamment comment le droit pouvait s’adapter aux múurs des hommes au lieu de tordre les múurs des hommes pour qu’elles s’adaptent à un droit désincarné. On lui a tour à tour reproché et contesté sa part de paternité du pacte civil de solidarité, qui va bien au delà du nom. Contesté quand le pacs est devenu un objet branché bien identifié et quíil était du dernier chic de dire qu’on en était véritablement à l’origine. Cíétait oublier que cíest une úuvre écrite à de multiples mains. On lui a reproché le pacs car cíest une nouveauté juridique. Le microcosme des juristes compte des progressistes et des conservateurs, génère des grandes et des petites jalousies et certaines et certains cachent leur conservatisme ou leur jalousie derrière des dogmes.

Maître de conférence à l’université de Reims, Gérard y avait créé un "Observatoire des moeurs" et un DESS conseiller médiateur : genres et sexualité. Une hérésie ! Très récemment, on lui contestait l’un et l’autre, qu’il défendait avec énergie. Nous verrons si la disparition d’un juriste et d’un universitaire atypique entraîne une ìrentrée dans le rangî... au nom díun dogme, forcément. Son dogme à lui c’était l’homme et la femme, l’être humain et social. Dernièrement, il pestait contre ceux qui, aujourd’hui par des mesures diverses, variées et nombreuses montent les habitants de notre pays les uns contre les autres en stigmatisant des caractéristiques tout aussi diverses, variées et nombreuses.

Gérard nous laisse, brutalement alors qu’il avait vaincu le cancer dont il a été atteint en 1998. Dans le livre "Dialogues sur le cancer" écrit avec Marguerite Ignasse, sa mère, on trouve, sous sa plume, ces quelques lignes : "Lors de ma sortie de l’hôpital, j’ai reçu de mon filleul Nathan, 6 ans et demi, une carte postale avec le texte suivant : "je veux que tu sois bien guéri." Dans certaines civilisations, ce sont les chamans qui jettent des sorts positifs ou négatifs, qui interprètent les événements de l’existence. Il me plaît que ce soit un enfant qui m’ait lancé ce sortilège heureux. Je m’efforce d’y répondre positivement. Pour la suite, on verra bien." On a vu. Gérard fut guéri et c’est une stupide et subite attaque qui, nous privant de sa grande humanité, fait qu’aujourd’hui on reste le nez collé à la fenêtre, les yeux embués, regardant la neige tomber, essayant de réaliser l’impensable : Gérard n’est plus vivant. Le "sortilège heureux" de Nathan n’aura pas suffit...

Denis Quinqueton, 1er février 2003.

Plus d'informations :

Collectif Pacs etc 12, rue de Chaumont - 75019 Paris - Tél. 01.53.72.46.80 - Port. 06.84.84.22.33

- Mél : pacs.etc@wanadoo.fr
- Internet : http://pacs.etc.free.fr


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur