La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Etats-généraux des élus locaux contre le sida

Etats-généraux des élus locaux contre le sida

date de redaction lundi 27 novembre 2006


Jacques Chirac, Jean-Louis Debré, Xavier Bertrand, Jean-Paul Huchon prennent position sur la libre circulation des personnes séropositives. A la veille des échéances électorales, Jean-luc Romero a annoncé une mobilisation s’inquiétant qu’il n’y ait qu’une mention sur le sida dans le programme de l’UMP et deux dans celui du PS.


communiqué de presse Elus Locaux Contre le Sida - 25 novembre 2006

Les 11ème Etats Généraux d’Elus Locaux Contre le Sida se sont déroulés ce matin au Sénat devant plus de 250 personnes.

Jacques Chirac a, dans un message, jugé « inacceptable » les restrictions à la liberté de circulation ; en effet, « l’égalité des droits des personnes malades est une question de dignité humaine ». Il a rappelé la détermination de la France « à agir dans tous les domaines pour apporter sa solidarité à ceux qui sont touchés par le virus ».

Jean-Louis Debré, président de l’Assemblée nationale, a, quant à lui, appelé « à ne jamais renoncer, jamais considérer qu’on a perdu la bataille » et a affirmé que les discriminations n’étaient « pas acceptables dans la liberté d’aller et venir ». Concernant les échéances de 2007, Jean-Louis Debré a indiqué qu’il fallait « interpeller fermement les élus ».

Xavier Bertrand, ministre de la santé et des solidarités, a également pris position sur ce problème et annoncé des mesures concrètes. Le 30 novembre prochain, lors du conseil européen des ministres de la santé, il compte demander une prise de position commune sur la question des restrictions à la liberté de circulation des séropositifs. Rappelons que certains pays en Europe, notamment la Belgique, ont mis en place de telles mesures discriminatoires à l’encontre des ressortissants hors Union européenne.

En outre, avec le Premier ministre, le ministre des affaires étrangères, il va saisir les responsables de l’ONU et l’ONUSIDA afin que les réunions sur la thématique de la lutte contre le sida aient lieu au siège de l’ONUSIDA à Genève et non plus à New-York - les Etats-Unis font partie des 11 pays dans le monde qui refusent l’entrée aux personnes séropositives.

Jean-Paul Huchon a jugé l’existence de ces barrières « inadmissible » et « contraire au droit ». Il a indiqué son intention de « personnellement relayer ce juste combat au sein du PS et saisir (...) les institutions internationales.

A l’origine de la saisine des autorités nationales te internationales, Jean-Luc Romero, président d’Elus Locaux Contre le Sida, a jugé intolérable l’existence de ces mesures. Selon lui, « ces restrictions discriminatoires à la liberté de circulation sont le symbole même de la sérophobie : elles démontrent bien que ces pays ont peur du malade alors que c’est exclusivement contre la maladie qu’ils devraient agir. »

Le séropositif n’est ni un criminel ni une menace à l’ordre public !

Par ailleurs par rapport aux échéances électorales de 2007, Jean-Luc Romero a fait part de sa inquiétude quant à la place de la lute contre le sida dans la campagne : le mot sida ne revient que deux fois dans le programme du PS et une fois dans celui de l’UMP... Afin que le sida trouve toute place dans la campagne électorale, Elus Locaux Contre le Sida va interpeller l’ensemble des candidats à la présidentielle via un questionnaire de 12 questions.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur