La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > L’Inter-LGBT refuse le "sous-mariage" proposé par l’UMP aux homosexuels

L’Inter-LGBT refuse le "sous-mariage" proposé par l’UMP aux homosexuels

date de redaction mercredi 15 novembre 2006


Dans son projet législatif pour 2007, l’UMP propose un "contrat d’union signé en mairie" qui donnerait aux couples homosexuels l’égalité en matière de droits successoraux, sociaux et fiscaux mais n’ouvrirait pas droit à la filiation et à l’adoption.


Partis-UMP-homosexuels-législatives-associations L’Inter-LGBT refuse le "sous-mariage" proposé par l’UMP aux homosexuels

PARIS, 13 nov 2006 (AFP) - L’Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT) a rejeté lundi la proposition faite par l’UMP de créer un contrat civil pour les homosexuels, qu’elle qualifie de "sous-mariage" qui "ne répond absolument pas au désir de réelle égalité des personnes de même sexe".

Dans son projet législatif pour 2007, l’UMP propose un "contrat d’union signé en mairie" qui donnerait aux couples homosexuels l’égalité en matière de droits successoraux, sociaux et fiscaux mais n’ouvrirait pas droit à la filiation et à l’adoption. Pour la fédération d’associations homosexuelles, il s’agit d’une "imposture".

"Nicolas Sarkozy veut faire de ce contrat d’union quelque chose qui ressemble au mariage, avec passage à la mairie, mais c’est un sous-mariage, une copie avec des droits inférieurs en matière de parentalité, a estimé Alain Piriou, porte-parole de l’Inter-LGBT, interrogé par l’AFP.

"Cela ne répond absolument pas au désir de réelle égalité des personnes de même sexe qui veulent se marier comme tout le monde", a- t-il ajouté.

Le projet UMP pourrait faire penser aux "partenariats civils" conclus depuis décembre 2005 par des homosexuels au Royaume-Uni, mais l’Inter-LGBT souligne que "ce partenariat britannique permet d’adopter, contrairement au projet Sarkozy".

Quoi qu’il en soit, l’Inter-LGBT "veut le mariage, pas un partenariat réservé uniquement aux couples homosexuels".

"Le Pacs (pacte civil de solidarité) existe déjà et si on veut simplement l’améliorer, on peut le faire très facilement dans les quinze jours qui viennent : l’UMP peut voter au Sénat deux amendements qui aligneraient les couples pacsés sur les couples mariés, dans le cadre du débat budgétaire", a fait valoir M. Piriou.

"Aujourd’hui, le partenaire survivant pacsé paie plus de frais de succession qu’un époux, et n’a pas accès à la pension de réversion", a-t-il rappelé.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur