La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Karim, jeune homosexuel algérien menacé d’expulsion par Francis IDRAC et (...)

Karim, jeune homosexuel algérien menacé d’expulsion par Francis IDRAC et Nicolas SARKOZY

date de redaction mardi 24 octobre 2006


Le 17 octobre 2004, à l’âge de 16 ans, Karim, jeune homosexuel algérien, est arrivé en France pour fuir sa famille et son pays. Quittant sa ville de Tizi Ouzou, sous forte influence islamiste, et sa famille qui le rejetait et le battait à cause de son homosexualité.


Communiqué de presse du Collectif contre l’homophobie le 23 octobre 2006

Rappel des faits

Le 17 octobre 2004, à l’âge de 16 ans, Karim, jeune homosexuel algérien, est arrivé en France pour fuir sa famille et son pays.

Quittant sa ville de Tizi Ouzou, sous forte influence islamiste, et sa famille qui le rejetait et le battait à cause de son homosexualité, il a été recueilli par son oncle et sa tante, français habitant dans l’agglomération de Bordeaux.

Karim s’est rapidement intégré et a poursuivi sa scolarité au collège puis au lycée professionnel de Mérignac.

Elève en deuxième année de BEP de comptabilité, Karim a fait l’objet d’un arrêté de reconduite à la frontière délivré par Francis IDRAC, Préfet de la Gironde (ancien Préfet de l’Hérault) le 30 août dernier, soit le jour même de la rentrée scolaire.

Le tribunal administratif de Bordeaux a annulé, lundi 11 septembre, l’arrêté de reconduite à la frontière pris à l’encontre de Karim et a condamné la préfecture de la Gironde à lui verser 1000 euros de dédommagement.

Le tribunal administratif a reproché au préfet d’avoir commis « une erreur manifeste d’appréciation quant aux conséquences de la mesure d’éloignement sur la situation personnelle de l’intéressé », ajoutant que Karim « est entré en France en 2004, alors qu’il était mineur en détresse, à la suite du rejet de sa famille en Algérie en raison de son homosexualité avouée ». Le tribunal a également jugé que le jeune homme « a témoigné d’une volonté de s’insérer socialement ».

Face à l’acharnement administratif et politique...

Malheureusement, nous avons appris que la préfecture de Gironde vient de faire appel de la décision du tribunal administratif. Le ministre de l’Intérieur bien qu’informé de la situation, a demandé à Francis IDRAC de poursuivre la procédure, dans l’objectif d’expulser Karim, quitte à l’exposer à de graves dangers pour son intégrité physique ou morale.

L’acharnement administratif de Francis IDRAC ne nous étonne guère, en effet c’est lorsqu’il était en poste à la préfecture de l’Hérault que les associations portant la mémoire des déportés pour homosexualité rencontraient les plus grandes difficultés pour participer aux cérémonies du souvenir de la déportation. Aujourd’hui c’est à Bordeaux qu’il sévit et fait preuve d’ostracisme à l’égard des associations gaies et lesbiennes (sur la question de la déportation pour homosexualité notamment).

L’acharnement politique du Ministre de l’Intérieur dans cette affaire révèle le vrai visage de Nicolas SARKOZY : inhumain et jusqu’au bushiste !

... la garantie d’une justice indépendante

Il appartient désormais à la Cour administrative d’appel de se prononcer, en toute indépendance, et de confirmer les principes fondamentaux énoncés en première instance (protection des mineurs, protection de la vie privée et familiale...).

Hussein Bourgi

Le Président

Plus d'informations :

Collectif contre l’homophobie 9 rue Joachim Colbert - 34 000 Montpellier http://kdof.chez-alice.fr/cch/dirac...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur