La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Fédérations antillaises du Parti socialiste : trois homophobes en sursis (...)

Fédérations antillaises du Parti socialiste : trois homophobes en sursis ?

date de redaction vendredi 13 octobre 2006


Suite aux propos homophobes et contraires à la laïcité des socialistes antillais Marlène Lanoix, Jules Otto et Raymond Occolier, le PS ne suspend pas Marlène Lanoix mais la renvoie devant sa commission nationale des conflits...


Communiqué de presse An Nou Allé ! n°ANA2006/28 - jeudi 12 octobre 2006

Après neuf mois d’une campagne soutenue par Mgr Gaillot et menée par 36 associations françaises et internationales [1], An Nou Allé a pu attirer l’attention du Parti socialiste sur les propos homophobes et contraires à la laïcité tenus par trois socialistes antillais : Marlène Lanoix, première secrétaire fédérale du PS en Martinique et adjointe au maire du Vauclin, Jules Otto, premier fédéral en Guadeloupe, et Raymond Occolier, maire du Vauclin (voir notre communiqué du 4 octobre).

Mardi dernier 10 octobre, An Nou Allé a été reçue par Adeline Hazan, secrétaire nationale du PS aux droits de l’homme, François Vauglin, délégué national du PS aux questions LGBT, puis Malek Boutih, secrétaire national aux questions de société. Le soir même, selon nos informations, le bureau national du PS renvoyait Marlène Lanoix devant la commission nationale des conflits.

C’est bien. Mais quid de Jules Otto ? - qui invoquait la « société judéo-chrétienne » et la « tradition guadeloupéenne » pour émettre des « réserves » sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe, comme si les personnes lesbiennes, gais, bi & trans de Guadeloupe n’appartenaient pas à la société guadeloupéenne ! Quid de Raymond Occolier ? - qui citait la Bible en taxant les homosexuelLEs « d’abomination », n’osant pas au nom d’on ne sait quelle pudeur aller jusqu’au bout de ce passage du Lévitique qui ajoute : « Ils seront punis de mort, leur sang retombera sur eux » ! (Lév. XX, 13.) Et pourquoi Marlène Lanoix n’est-elle pas suspendue ? - comme Georges Frêche l’avait été dès le mois de mars dernier après ses propos de février sur les Harkis (des « sous-hommes »...) et avant la sanction définitive de la commission nationale des conflits intervenue en mai...

Ces questions, An Nou Allé les posera de nouveau lundi prochain 16 octobre à 18h30 devant la statue du chevalier de la Barre à Paris, avec les associations Act Up-Paris, ASB, C’est Pas Mon Genre, CGLBT Rennes, Collectif contre l’homophobie, Ex AEquo Reims, LGP Région Centre et Les Putes. An Nou Allé renouvellera alors son appel au PS et plus particulièrement à Jean Glavany (secrétaire national du PS à la laïcité) et Victorin Lurel (secrétaire national à l’Outre-Mer) : les propos tenus, passibles de poursuites pénales, méritent à tout le moins une sanction claire et nette de leur formation politique, qui se définit comme « fermement attachée à la laïcité » et opposée à l’homophobie et à la transphobie !

Pour AN NOU ALLÉ ! CGL Antilles-Guyane & Outre-Mer | Association des NoirEs LGBT & de leurs amiEs en France,
Le Président,
Louis-Georges Tin

Notes :

[1] Plusieurs associations, dont le Collectif contre l’homophobie (Montpellier) et Flag (policiers gays & lesbiens), ont récemment joint leur signature à celle notamment de nombreuses associations membres de la Fédération française des Centres LGBT (ex-Inter Centres LGBT) au bas de la Lettre ouverte aux socialistes sur le respect de la laïcité et des droits humains dans leurs fédérations antillaises du 4 septembre.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur