La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Nicolas Sarkozy, homme de rupture... du dialogue

Nicolas Sarkozy, homme de rupture... du dialogue

date de redaction jeudi 22 juin 2006


L’annulation du rendez-vous avec Nicolas Sarkozy, à deux jours de la Marche des Fiertés LGBT de Paris, sonne comme une gifle aux oreilles des militants.


communiqué inter-LGBT - 22/6/2006

Ces trois dernières semaines, l’Inter-LGBT a rencontré la direction de tous les partis politiques de gouvernement, et, pour le PS, l’UDF et Les Verts, les discussions ont eu lieu au plus haut niveau. Demandé depuis janvier 2006, l’entretien prévu ce jeudi à 10 heures entre le président de l’UMP, Nicolas Sarkozy, et l’Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans a été annulé, sans explication ni excuse. À trois jours de la Marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans, où un demi-million de personne est attendu, cette annulation sonne comme une gifle donnée aux militant-e-s de la lutte contre les discriminations.

Jusqu’au bout, l’Inter-LGBT a voulu maintenir ouvertes les portes du dialogue, mais le président du parti de la majorité a préféré les lui claquer au nez. Pourtant, une clarification aurait été nécessaire, face à la mobilisation de nombreux parlementaires de l’UMP autour d’une pétition contre l’homoparentalité et l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Il faut se rendre à l’évidence : la parole de l’UMP est aujourd’hui portée par ses éléments les plus réactionnaires, aujourd’hui confortés par le silence calculé de Nicolas Sarkozy.

La lutte contre les discriminations n’est pas qu’une pièce d’un plan de communication qui devrait suivre un calendrier obéissant aux règles de la tactique politicienne. L’enjeu, c’est la vie quotidienne de plusieurs millions de personnes. En refusant la confrontation démocratique avec une organisation représentative, Nicolas Sarkozy fait non seulement preuve de désintérêt et de mépris, il se révèle dans l’incapacité de briser certains tabous. Sur les questions de société, il n’est en fait plus guère question de "rupture", mais bien de continuité conservatrice.

Cette résurgence du clivage droite-gauche ne réjouit pas l’Inter- LGBT, qui aurait préféré le consensus, ou du moins le dialogue républicain avec l’ensemble des partis politiques. Pour autant, le débat démocratique se poursuivra, y compris avec ceux qui se classent comme adversaires de l’Inter-LGBT. Ce 24 juin, un grand coup d’accélérateur lui sera d’ailleurs donné, grâce à une Marche qui s’annonce joyeuse, festive et haute en couleur. Et mauvaise nouvelle pour les conservateurs : la météo s’annonce excellente !

Alain Piriou, porte-parole


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur