La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Des skinheads jettent des oeufs sur la Gay Pride de Lyon

Des skinheads jettent des oeufs sur la Gay Pride de Lyon

date de redaction lundi 19 juin 2006


La 11ème Lesbian and Gay Pride de Lyon a remporté un franc succès. Ses organisateurs estiment que près de 7.000 personnes ont défilé derière le mot d’ordre "homoparentalité, mariage : Egalité maintenant !" samedi 17 juin. Malheureusement, à son arrivée place des Terreaux, le cortège a essuyé des jets d’oeufs pourris. Les forces de l’ordre ont interpellé 4 personnes interceptées par les manifestants eux-mêmes.

Témoignage d’Hussein Bourghi, président du Collectif contre l’homophobie (Montpellier), qui participait à la manifestation.


Ce samedi 17 juin 2006 avait lieu la 11éme Lesbian & Gay Pride de Lyon à laquelle je participais en donnant un coup de main aux organisateurs (animation du char de la LGP, discours de clôture, organisation du carré de tête...).

Lorsque le cortége est arrivé sur la Place des Terreaux, le carré de tête, particulièrement fourni et composé d’élus, de responsables associatifs et mutualistes, a essuyé des jets d’œufs pourris (30 à 40) en provenance du porche du Musée des Beaux Arts.

J’ai été atteint par un œuf à l’épaule gauche. Avec d’autres personnes, nous nous sommes lancés à la poursuite de la demi-douzaine de jeunes gens qui jetaient ces œufs. Ils ont immédiatement pris la fuite mais nous avons eu le temps de relever qu’il s’agissait de jeunes au crâne rasé, habillés tout en noir et avec un look de skinheads.

Des passants ont réussi à en intercepter un et à le plaquer au sol, je me suis aussitôt rendu compte qu’il portait des rangers avec des lacets blancs ; ce signe distinctif est venu confirmer qu’il s’agissait bien de skinheads.

Le jeune interpellé a répété à plusieurs reprises « J’ai fait une connerie, je le reconnais mais protégez-moi s’il vous plaît ».

Des personnes de l’organisation ont essayé de le protéger de la colère des personnes atteintes par les œufs pendant que je repoussais les objectifs des personnes (journalistes et particuliers) qui cherchaient à le photographier.

Dans le cloître du Musée des Beaux Arts où ce jeune était retenu à l’abri, j’ai aperçu un autre jeune au même look mais avec des baskets. Il avait l’air paniqué et embarrassé, je l’ai immédiatement interrogé sur sa participation aux jets d’œufs. Il a commencé par nier, indiquant qu’il se trouvait là de façon fortuite. J’ai réitéré ma question à 3 reprises il a fini par m’avouer « oui je connais ceux qui ont balancé les œufs mais moi je n’ai pas participé ».

Je me suis déplacé pour alerter les 3 membres des CRS en faction sur la rue du Président Edouard Herriot et leur demander d’intervenir. Constatant leur passivité, leur nonchalance et leur mutisme, je suis allé aviser un agent de Police Nationale en faction sur la rue Paul Chenavard. Celui-ci a immédiatement contacté par talkie-walkie le Commissariat de Police Nationale de Lyon (nom de code « Nestor ») pour demander un équipage de CRS.

Quelques minutes après les CRS emmenaient les 2 jeunes concernés.

Une première plainte était déposée dés le samedi soir par Jules JOASSARD, assistant parlementaire de la Députée PS du Rhône Martine DAVID.

J’ai à mon tour déposé plainte le dimanche matin au Commissariat du 1er arrondissement de Lyon où l’accueil fut détestable : les policiers présents ont refusé de prendre ma plainte au motif que je n’avais pas subi de dommage corporel. Face à mon instance, ils m’ont proposé de prendre une main courante, ce que j’ai naturellement refusé.

Au bout de 2 heures d’attente et de tergiversations diverses, constatant ma détermination et mon intransigeance ils ont fini par prendre ma plainte. Au cours de mon audition, j’ai été informé qu’une deuxième victime avait porté plainte au Commissariat Central de Police Nationale de Lyon.

A la fin de ma déposition, lorsque David Souvestre, président de la LGP Lyon (qui m’accompagnait), a voulu déposer plainte en qualité d’organisateur de la manifestation, l’officier de Police Judicaire (qui avait pris ma plainte) a refusé de l’entendre, le renvoyant vers le Commissariat Central où l’affaire était suivie.

De guerre lasse, c’est ce lundi 19 juin que David Souvestre s’apprête à déposer plainte auprès du Procureur de la République de Lyon en se rendant directement au Tribunal de Grande Instance de Lyon.

Je vais saisir dés aujourd’hui Monsieur Nicolas Sarkozy, Ministre de l’Intérieur et Monsieur Pascal Clément, Ministre de la Justice de ces faits.

Nous serons extrêmement vigilants quand au traitement et aux suites qui seront réservés aux plaintes déposées.

Hussein Bourgi


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur