La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > François Delor : hommage à un compagnon

François Delor : hommage à un compagnon

date de redaction lundi 23 septembre 2002


L’Inter-LGBT salut la mémoire du sociologue et psychanalyste belge qui s’est suicidé au début du mois de septembre.


Communiqué de presse Inter LGBT - 21 septembre 2002

François Delor était psychanalyste et sociologue. Il était l’un des militants les plus originaux et des plus brillants de la lutte contre le sida et pour la reconnaissance des homosexuel-le-s. Il nous a quittés le 5 septembre dernier.

Fondateur de l’association belge Ex-Aequo de prévention du sida et de l’Observatoire du suicide des jeunes, Président du Comité consultatif belge de prévention du sida et Directeur de l’Observatoire socio-épidémiologique du sida et des sexualités, François Delor occupait une place déterminante dans le monde associatif belge. En France, les Universités d’Eté Euroméditerranéennes des Homosexualités lui offraient depuis deux ans la tribune qu’il méritait.

Esprit résolument libre, François émerveillait par l’intelligence de sa parole lumineuse et la pertinence de ses analyses. Ne renonçant jamais ni à la pédagogie ni à la rigueur, il développait avec bonheur et humour les principes d’une émancipation et de l’acceptation de soi. Il offrait ainsi aux militant-e-s des outils et des armes pour lutter contre tous les carcans et toutes les normes, pour dépasser les classifications hâtives et les identités définitives. Auteur de « Séropositifs, trajectoires identitaires et rencontre du risque » (L’Harmattan, 1998), il préparait un ouvrage très attendu sous le titre « Pour en finir avec l’homosexualité ».

L’Inter-LGBT avait eu l’immense plaisir et l’honneur de compter François parmi les intervenants à sa conférence d’avril dernier consacrée à la notion d’ « ordre symbolique ».

Aujourd’hui, les associations membres du Conseil de l’Inter-LGBT, réunies le 21 septembre 2002, rendent hommage à un homme dont la générosité intellectuelle et humaine sans borne avait éclairé leurs combats. Elles s’associent également à la douleur et à la tristesse de toutes celles et de tous ceux pour qui François aura été un compagnon irremplaçable.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur