La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Manifestation féministe

Manifestation féministe

date de redaction mercredi 8 mars 2006


A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, les Panthères roses marcheront à Paris, de Montparnasse à Matignon.


communiqué des Panthères Roses - 8 mars 2006

MERCREDI 8 MARS
Rendez-vous à 18H00 à MONTPARNASSE
devant le cinéma "Le Bretagne" (73 bd du Montparnasse)

Rejoignez-nous pour la manifestation féministe à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes (à l’appel du Collectif National pour les droits des femmes).

LE PARCOURS

rue de Rennes - Bd Raspail - rue de Sèvres - bd des Invalides - station à l’angle de la rue de Varenne à proximité de Matignon.

LE TRACT DES PANTHERES ROSES

Paris, 8 mars (AFP [1]) - L’état d’urgence a été déclaré ce matin par le Président de la République et toutes les forces de l’ordre ont été mobilisées afin de venir en aide aux personnes et aux entreprises les plus fragilisées par les événements qui bouleversent la France actuellement.

« A crise exceptionnelle, mesure exceptionnelle » a déclaré Jacques Chirac à la sortie du Conseil des ministres.

Depuis trois semaines, l’activité de la France est gravement perturbée par une grève générale de toutes les femmes. Elles sont dans la rue et n’effectuent plus ni leur travail salarié, ni leur travail domestique.

Après des conséquences tout d’abord mineures, comme les ruptures de stocks dans les magasins de vêtements, sous-vêtements et dans les rayons surgelés et plats cuisinés des supermarchés, l’attente interminable devant le seul caissier du supermarché, une communication générale bloquée par des appels qui sonnent dans le vide sans secrétaires pour répondre, l’économie a rapidement été touchée avec une baisse cumulée de 32% du CAC 40 depuis le début de la crise.

Les hommes ont dû écourter leur journée de travail afin de faire face aux problèmes ménagers habituellement pris en charge par leur compagne, entraînant un manque à gagner considérable dans de nombreuses entreprises.

« Je reste sans voix » a déclaré Laurence Parisot, présidente du Medef.

Dans une allocution télévisée, le chef de l’Etat a proposé des mesures comme l’instauration d’un salaire pour les femmes au foyer qui ont été très mal accueillies par les grévistes qui constate que l’Etat dédaigne toute mesure concrète de lutte contre les inégalités et les violences faites aux femmes.

Elles entendent protester contre les temps partiels subis et plus généralement le travail précaire qui touchent d’avantage les femmes, les écarts de salaires homme/femme à poste équivalent fonctionnent encore comme une norme et les fonctions à haute responsabilité sont toujours l’apanage des hommes.

Elles refusent désormais d’être le dernier maillon de la chaîne des solidarités collectives. Quand le gouvernement s’appuie sur la famille pour pallier ses carences, les femmes refusent de soigner, de laver, de nourrir et tout ça dans l’invisibilité la plus flagrante.

Elles s’inquiètent également pour le sort des femmes qui demanderont l’asile politique et un titre de séjour sous les nouvelles dispositions du CESEDA qui prônent une immigration de personnes « rentables » .

Les Panthères Roses, activistes féministes gouines et pédés, se sont élevées contre ces propositions « rétrogrades et dans la ligne directe d’un système oppressif et hétérosexiste. »

Les femmes ont appelé à la poursuite de la grève et ont étendu leur revendications au refus de la double-journée de travail pour les femmes salariées, au partage équitable des tâches ménagères et à l’accès des femmes aux fonctions à haute responsabilité. Elles ont rappelé que c’est le système lui même qui s’acharne à maintenir une division hommes / femmes, par une éducation qui formate dès le plus jeune âge les enfants, pour les rendre « garçon » ou « fille », et assurer la pérennisation de la suprématie des hommes sur les femmes par tous les moyens, économique et sociaux, moyens que les femmes entendent remettre en question. Elles maintiennent que si l’on ne cesse pas immédiatement ce cercle de l’assignation de genre qui perpétue et instaure une discrimination de la classe « femme », ce sera le status quo.

Les chiffres du sexisme

Vous pensez qu’on exagère ? Que la lutte est finie ? Que le féminisme est dépassé ? Vous pensez être le mec idéal parce que vous descendez les poubelles ?

La réalité, c’est ça :

  • 80 % des tâches ménagères effectuées par les femmes !
  • 28 % d’écart salarial entre un homme et une femme pour un même poste !
  • 1 femme sur 10 victime de violence conjugale ! Une femme en meurt tous les quatre jours !
  • 1 femme sur 3 victime d’un viol ou d’une tentative de viol au cours de sa vie !
  • 12 % de femmes députées à l’Assemblée nationale ! Un tout petit pourcentage de femme (trouver le chiffre) à la tête des entreprises françaises les plus importantes !

Les Panthères Roses, gouines et pédés féministes, luttent contre l’ordre hétérosexiste.

L’hétéropatriarcat c’est l’exclusion des "autres", le travail non reconnu et gratuit parce que domestique, la maternité comme aboutissement ultime de la féminité et devoir assigné à toutes et elles seules. C’est la monopolisation de l’espace public par la moitié de l’humanité, aux dépens de l’autre, confinée à l’espace privé. Tout ça ne nous convient pas du tout, piétinons-le !

Plus d'informations :

d’autres manifestations dans l’agenda : Journée internationale des femmes

Notes :

[1] Agence des Féministes Pressées


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur