La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > La HALDE omet ostensiblement la lutte contre l’homophobie et la (...)

La HALDE omet ostensiblement la lutte contre l’homophobie et la transphobie.

date de redaction mardi 27 septembre 2005


L’Inter-LGBT dénonce une faute du Collège de la HALDE et une grossière tentative de diviser les associations.


communiqué Inter-LGBT - 26/9/05

Dans un courrier adressé à l’Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT), le président de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité, Louis Schweitzer, a annoncé à l’Inter-LGBT qu’elle ne sera pas représentée dans son Comité consultatif, pas plus que les autres associations LGBT qui avaient annoncé leur candidature. Le 19 septembre, le Collège de la Haute autorité a en effet arrêté la liste des 18 membres de ce Comité consultatif. Voulue comme une instance représentative de la lutte contre les discriminations, aucun de ses membres n’est en fait connu du monde associatif LGBT pour son éventuelle expertise dans la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre.

L’Inter-LGBT dénonce vigoureusement cette décision, qui met gravement à mal la crédibilité de la Haute autorité dans son universalité. Elle ne cache pas sa colère contre cette manifestation de dédain vis-à-vis du monde associatif LGBT, écarté par deux fois de la Haute autorité, dans la composition de son Collège comme de son Comité consultatif. Cette composition nie la réalité sociale de l’homophobie et de la transphobie, qui n’est décidément pas considéré comme prioritaire.

L’Inter-LGBT avait déclaré publiquement sa candidature pour entrer dans ce Comité consultatif, décidée par un vote unanime des associations membres de son Conseil. Elle avait préféré cette démarche de transparence à celle d’un lobbying plus discret et sans doute plus payant. Ce choix faisait suite à de nombreuses interventions de l’Inter-LGBT pendant les débats parlementaires sur la HALDE : elle y a systématiquement défendu une approche universelle de la lutte contre les discriminations, lorsque les parlementaires ont tenté de hiérarchiser la lutte contre l’homophobie, le sexisme, la transphobie et l’handiphobie d’une part, et celle contre le racisme d’autre part.

La mise en place de ce Comité consultatif - qui a tout de même duré 9 mois ! - risque de diviser plus encore les associations de la lutte contre les discriminations. Il ne semble pas que toutes les leçons ait été tirées d’un fiasco récent d’une autre autorité indépendante, la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme. En novembre 2004, la CNCDH avait en effet rendu un avis demandant un traitement hiérarchisé de l’homophobie, du sexisme et du racisme, avec la complaisance d’une partie du monde associatif, à contre courant des évolutions du droit européen et français. Une nouvelle fois, ce sont ces considérations d’un autre âge qui ont présidé à la nomination de ce Comité consultatif.

L’Inter-LGBT persévérera dans son refus de toute hiérarchie entre les discriminations. Elle juge à cet effet nécessaire et urgent qu’un dialogue franc et constructif se produise enfin avec les autres mouvements de lutte contre les discriminations, qu’elle demandera à rencontrer dans les prochaines semaines. Elle demande enfin un entretien à Louis Schweitzer, le président de la HALDE, pour lui faire part de la déception et de la colère des associations, et vérifier une ultime fois si la lutte contre l’homophobie et la transphobie font partie des priorités de la HALDE.

Alain Piriou, porte-parole


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur