La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > L’homophobie institutionnelle du rectorat de Nancy-Metz : un cas d’école (...)

L’homophobie institutionnelle du rectorat de Nancy-Metz : un cas d’école !

date de redaction lundi 5 septembre 2005


Couleurs Gaies (Metz) dépose un recours contre le rectorat devant le Tribunal administratif.


communiqué Couleurs Gaies - 2/9/2005

A l’occasion de la rentrée scolaire, Couleurs Gaies, SOS homophobie et la Fédération Française des Centres LGBT (Lesbien, Gay, Bi et Trans) interpellent les autorités éducatives sur le manque cruel d’actions de prévention de l’homophobie en milieu scolaire et dénoncent les blocages institutionnels auxquels doivent faire face les associations de lutte contre l’homophobie.

Attaqués en permanence dans leur estime de soi par un environnement hostile à la différence, les jeunes homo-bisexuels ont treize fois plus de risque de commettre une tentative de suicide que les jeunes hétérosexuels, selon une étude récente. A l’école, l’homophobie est omniprésente : injures proférées dans les cours de récréation, inscrites sur les tables des salles de classe, taguées sur les murs des toilettes, actes d’intimidation et parfois agressions envers les élèves.

Dans ce contexte, des actions éducatives et de prévention s’imposent. Les directives des Bulletins Officiels de l’Education Nationale du 29 novembre 2001 et du 17 février 2003 préconisent d’intégrer la lutte contre les préjugés homophobes et sexistes aux campagnes de lutte contre les discriminations.

Malheureusement, ces textes ne se traduisent que trop rarement par des actions de prévention dans les écoles. Cela est particulièrement vrai sur l’académie de Nancy-Metz. Après deux ans de tergiversations, le rectorat de l’académie Nancy-Metz a refusé à Couleurs Gaies l’agrément qui devait lui permettre de mener plus facilement des actions de prévention dans les lycées. Déposée en avril 2003, ce n’est qu’en mars 2005 que le rectorat a répondu à la demande d’agrément de Couleurs Gaies, pourtant devenue un acteur de référence en Lorraine en matière de lutte contre l’homophobie. La réponse négative est curieusement motivée :

  • « La lutte contre l’homophobie ne répond pas à un intérêt général »  : ce qui est en parfaite contradiction avec les textes officiels de l’Education Nationale et le bon sens.
  • « L’orientation sexuelle, comme l’appartenance politique ou confessionnelle, relève d’un choix personnel et privé » : ce qui traduit de la part du Recteur une méconnaissance étonnante de la sexualité puisque, contrairement aux opinions religieuse ou politique, l’orientation sexuelle s’impose à l’individu, elle ne se choisit pas.

Maître Jean-Luc PLUCHON, avocat de Couleurs Gaies, a donc déposé un recours devant le tribunal administratif de Nancy pour faire annuler la décision du Recteur qui procède d’une erreur manifeste d’appréciation .

A l’occasion de ses 12èmes Rencontres nationales, la Fédération française des Centres LGBT vient de décerner au rectorat de Nancy-Metz le prix national 2005 de la démarche la plus préjudiciable à l’intégration et à l’épanouissement des personnes LGBT.

Couleurs Gaies, SOS homophobie et la Fédération française des Centres LGBT demandent aux autorités éducatives d’appliquer les textes officiels et de cesser de mettre au ban des établissements scolaires les associations qui luttent contre l’homophobie.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur