La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Capleton adresse une déclaration sybilline aux associations LGBT

Capleton adresse une déclaration sybilline aux associations LGBT

date de redaction mercredi 8 juin 2005


Selon le chanteur de reggae, sa musique n’incite à la violence contre aucun être humain que ce soit, quelque soit son genre de vie.


GIF - 26.8 ko
Le texte signé de la main de Capleton
"DÉCLARATION DE CAPLETON/ SOUS LES AUSPICES DE SA MAJESTÉ IMPÉRIALE HAILÉ SÉLASSIÉ,/ SALUTATIONS/ À TOUTE PERSONNE CONCERNÉE/ De par ma religion, ou spiritualité, j’ai des convictions sur mon propre genre de vie, et les gens doivent le respecter. Mais de par cette spiritualité, je sais aussi que la vie est sacrée et que seul Jah [dieu des rastas] peut la donner et la reprendre. Il doit être clair pour le reste du monde que ma musique n’incite à la violence contre aucun être humain que ce soit, quelque soit son genre de vie, que ce soit en Jamaïque ou à l’étranger. Il est regrettable que certaines de mes paroles, que j’ai déjà décidé [le 4 février dernier] de ne plus interpréter de quelque façon que ce soit, aient été prises comme des attaques personnelles et mal comprises ou mal interprétées. En retour, il ne devrait y avoir aucune attaque personnelle, aucune attaque raciste ou aucune menace à mon encontre ou à l’encontre de ma musique./ [Clifton Bailey]/ Signé par Clifton Bailey a.k.a Capleton/ [QUE JAH VOUS BÉNISSE]

communiqué INTER-CENTRES-LGBT - COMMUNIQUÉ N°IC/CP/05/30 8 juin 2005

Mardi 7 juin, Capleton a adressé une déclaration signée de sa main aux associations lesbiennes, gaies, bi & trans (LGBT). Le chanteur rasta leur donne sa "bénédiction" au nom de "Sa Majesté Impériale Hailé Sélassié" et affirme que sa musique « n’incite à la violence contre aucun être humain que ce soit, quelque soit son genre de vie, que ce soit en Jamaïque ou à l’étranger » (certaines associations voudront voir dans cette affirmation un clair engagement contre les violences homophobes, d’autres y verront un déni de la réalité). Capleton affirme également que la religion rasta lui donne des « convictions sur son propre genre de vie » (comprendre : sa propre orientation sexuelle) et que « les gens doivent le respecter » (toutefois, il n’indique pas explicitement qu’il "respecte" en retour le "genre de vie" des personnes LGBT). Capleton affirme ensuite « que la vie est sacrée et que seul Jah [Dieu] peut la donner et la reprendre » (toutefois, il ne condamne pas explicitement les actes ou propos homophobes ou transphobes et trouve simplement "regrettable" que certaines de ses chansons aient été "prises comme des attaques personnelles et mal comprises ou mal interprétées"). Capleton affirme enfin qu’il a « décidé » de ne plus interpréter ces chansons « de quelque façon que ce soit ».

La Fédération des CGL se réjouit que Capleton confirme personnellement et par écrit sa décision annoncée le 4 février dernier, par son label et par oral, de ne plus interpréter de chansons susceptibles d’être « prises comme des attaques«  homophobes ou transphobes. En revanche, la Fédération constate que Capleton ne regrette pas le caractère homophobe de ces chansons, mais seulement qu’elles aient été « mal comprises ou mal interprétées »... La Fédération constate que Capleton ne se prononce ni sur leur éventuel retrait définitif du commerce, ni sur son éventuel respect du "genre de vie" des personnes LGBT, ni sur les éventuelles agressions de certain/es de ses fans à l’encontre de ces personnes.

La Commission de coordination de la Fédération va maintenant consulter les associations membres de la Fédération pour savoir si la déclaration de Capleton les amène à retirer leur demande d’annulation de six de ses concerts, formulée le 31 mai dernier. Avant de se prononcer, elles pourront considérer que selon Mediacom, agent de Capleton en France, « c’est déjà énorme d’avoir une déclaration signée de la part d’un artiste jamaicain »" (Capleton étant "l’un des seuls à l’avoir fait"). Elles pourront aussi comparer une traduction des paroles de Capleton fournie par "OutRage !" (du créole anglophone jamaïcain vers l’anglais standard) et la même traduction [1] (lacunaire ? maladroite ?) fournie par Capleton lui-même à la Fédération.

Pour l’INTER CENTRES LGBT,
David Auerbach

Notes :

[1] Traduction comparée des paroles de quatre chansons de Capleton par "OutRage !" (le 11 novembre dernier) et par Capleton lui-même (transmis par Mediacom, commentaires ajoutés, à la Fédération des CGL, le 8 juin 2005 à 1h39) :

Bun Out Di Chi Chi (2003 - album "STILL BLAZIN LIVE")
"Bun out ah chi chi, Blood out ah chi chi"
"Batty dem ah fuck and ah suck too much pussy"
"Blood out ah chi chi, Blood out ah shitty"

Selon "OutRage !" : [Burn out a queer, Blood out a queer] [Blood out : as in chop, cut, stab, shoot... is a particularly violent, graphic expression] [Queers are fucking and sucking too much pussy] [In Jamaica, pussy can refer to oral sex in general, which is also considered sodomy] [Blood out a queer, Blood out a shit (fucker)] Selon Capleton : [Brûle ce qui te ronge, Purge ce qui te ronge, i.e. : Purifie-toi] [À l’origine "chi chi" signifie "termite" et donc par extension "quelque chose qui te ronge et dont il faut que tu te débarrasses"] [En fait "chi chi" a commencé à désigner les gays depuis la chanson du groupe TOK "Chi Chi Man" il y a deux ans, et celle de Capleton est plus ancienne]

Whoa ! (2002 - album "STILL BLAZING")
"Sadomite and batty man mi shot up....Whoa"

Selon "OutRage !" : [Sodomite and queer man, I shoot up... Whoa]

Selon Capleton : ["Shot" est un terme utilisé en Jamaique, encore une fois sur un plan verbal, pour signifier "rayer quelqu’un de son esprit". Son argument est de rappeler "I Shot The Sheriff" de Bob Marley qui ne l’a jamais fait physiquement et qui n’a jamais été poursuivi pour ça] ["Batty man" est un terme grossier pour désigner quelqu’un dont on pense du mal, la traduction en français serait "enculé"]

Give Har
"Shoulda know seh Capleton bun battyman"
"Dem same fire apply to di lesbian"
"Seh mi bun everything from mi know seh dem gay"
"All boogaman and sodemites fi get killed"

Selon "OutRage !" : [You should know that Capleton burns queers] [The same fire applies to lesbians] [Say, I burn everything as long as I know that they’re gay] [All queers and sodomites should be killed]

Selon Capleton : [Il s’agit d’un feu "purificateur" qu’il applique aussi sur scène à Bush, Blair ou au Pape, et en l’occurrence à ceux qui ne suivent pas certains préceptes. C’est certainement primaire mais apparemment inspiré de la Bible,"Épître de Paul aux Romains", 1, 20-32] [Dans le texte original Capleton dit : "Seh mi bun everything from mi know seh dem nah live clean" et pas "gay"] ["Boogaman" ("mauvaise personne") ferait aussi référence au même passage de la Bible]

Hang Dem Up (2003 - album "LIVE AT NEGRIL JAMAICA")
"Yow....String dem up and hang dem up alive"
"Bare batty man come round yah..."
"Dis mamma earth sey none cyann survive"

Selon "OutRage !" : [Yow, string them up and hang them up alive] [All queers who come around here] [This mama earth says none can survive]

Selon Capleton : [C’est violent mais il n’y a pas de référence aux gay puisque "batty man" est à prendre au sens général "d’enculé"]


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur