La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Le président du Sénat souhaite que le souvenir de la déportation homosexuelle (...)

Le président du Sénat souhaite que le souvenir de la déportation homosexuelle ait sa place le 24 avril

date de redaction samedi 23 avril 2005


Dans un courrier à la Lesbian & Gay Pride de Lyon et au CGL Lyon, Christian Poncelet rappelle son "attachement au devoir de mémoire de la Nation à l’endroit de toutes les minorités persécutées pendant l’occupation de la France lors de la deuxième guerre mondiale".


communiqué - 22/4/2005

Dimanche 24 avril sera célébrée la prochaine Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation. En signant l’appel du 15 mars 2005, trois formations politiques et vingt associations LGBT [1] ont appelé les déporté/es, les élu/es et l’État à laisser une place au souvenir de la déportation pour homosexualité partie de France durant la Seconde Guerre mondiale.

Dans ce cadre, le président et le secrétaire de la Lesbian & Gay Pride de Lyon (Jean-Philippe Salini et David Souvestre), et Jean-Paul Bidet, président du CGL Lyon (Forum gai & lesbien), ont interrogé le président du Sénat.

Mardi 5 avril, Christian Poncelet leur a personnellement répondu dans les termes suivants : « Vous connaissez mon attachement au monde combattant et notamment au devoir de mémoire de la Nation à l’endroit de toutes les minorités qui ont été persécutées pendant l’occupation de la France lors de la deuxième guerre mondiale./ Je suis sensible au drame vécu par les homosexuels d’Alsace et de Moselle, déportés dans les camps de la mort./ Notre république n’a pas oublié les souffrances de ces femmes et de ces hommes humiliés, et pour la plupart d’entre eux, morts pour la France libre.../ Comme vous, je souhaite que partout en France, le souvenir de la déportation homosexuelle ait sa place, et plus particulièrement lors des cérémonies de la Journée nationale du souvenir de la déportation, le 24 avril 2005.../ Vous adressant tous mes encouragements pour votre action et restant à votre parfaite écoute, veuillez agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs et cordialement dévoués. »

Ces déclarations du président du Sénat, deuxième personnage de l’État après le Président de la République, s’inscrivent dans la droite ligne des propos tenus le 26 avril 2001 par le Premier ministre, Lionel Jospin. La Lesbian & Gay Pride de Lyon, le CGL Lyon, la Coordination InterPride France et la Fédération des CGL souhaitent que ses déclarations facilitent "partout en France" la prise en compte des sept chefs de discussion formulés avec l’appel du 15 mars, portant notamment : 2°/ sur la participation des associations rappelant la mémoire des personnes déportées en raison de leur homosexualité aux cérémonies du dernier dimanche d’avril ; 3°/ sur la mention des différents motifs de déportation dans le "message des associations" lu au cours de ces cérémonies.

Lesbian & Gay Pride de Lyon,
Forum gai & lesbien, CGL Lyon,
Coordination InterPride France,
Inter-Centres-LGBT

Notes :

[1] Les trois formations politiques (proches de la majorité ou de l’opposition) signataires de l’appel du 15 mars sont "Aujourd’hui, autrement", "On est là !", et la Commission nationale LGBT des Verts. Les vingt associations LGBT signataires sont la Fédération des CGL, le Collectif contre l’homophobie et pour l’égalité des droits, les "Oublié(e)s" de la Mémoire, la Coordination InterPride France, les Flamands roses, Mélo’Men et les Gais et lesbiennes branchés, rejointes par le collectif Homoboulot et par la fédération nationale jeune et étudiante mOules-frItes.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur