La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > La marche de la honte de Moule-Frite

La marche de la honte de Moule-Frite

date de redaction mercredi 12 juin 2002


Moules-Frites, fédération nationale des jeunes et étudiant-e-s gays et lesbiennes, appelle à une Marche de la Honte le vendredi 28 juin prochain, à 17h. En défilant devant le Ministère de l’Education, rue de Bellechasse (7e arrondissement de Paris), Moules-Frites entend dénoncer la honte à laquelle on accule les jeunes homos et pointer le silence, et parfois la complaisance de l’institution scolaire.


Un jeune sur dix. Un jeune sur dix grandit avec la honte. Honte de ce qu’il est, de ce qu’il croit être, de ce qu’il entend la société dire de lui. De ce qu’il est, de ce qu’il pourrait être. Une tafiole, une pédale, une tarlouze. Et quand il sera grand ? Une tante plus ou moins pédophile… Une sale gouine, une camionneuse.

Pourquoi ? Quel crime a donc commis ce jeune garçon, cette jeune fille ? Un jeune sur dix grandit marginal du fait de son orientation sexuelle. Ce jeune là entend dire partout, dans sa famille, à l’école, dans la culture dominante qu’il n’a pas le droit. Pas le droit de vivre de grandir, d’être lui. Voué à la solitude, aux relations sexuelles éphémères, à la marginalité sanitaire, sociale, relationnelle.

Un jeune sur dix finit par penser qu’il n’est plus qu’un être sexuel, plutôt qu’un être humain. Pas de famille, pas d’enfants, pas de relations stables. Non, homosexuel. Ca veut tout dire. Ca veut trop dire. Beaucoup plus que nous ne pouvons supporter. Nous avons perdu trop des nôtres dans le suicide, la drogue, la prostitution, le SIDA. Nous qui relevons la tête, un peu partout en France. Des associations de jeunes homos qui refusent d’être stigmatisés, insultés ou niés. Des jeunes qui demandent justice. Des Enfants de la République qui attendent la liberté, l’égalité et la fraternité qu’on leur a toujours présentées comme un droit. Il est temps que la République fasse son devoir.

La honte, c’est maintenant celle des pouvoirs publics qui se taisent, qui laissent actes et insultes homophobes animer les cours de récréation quand ce ne sont pas les salles de classe, alors qu’ils savent. Ils savent la prévalence nettement supérieure du suicide chez les jeunes gais et lesbiennes.

La honte c’est le discours unique, hétéro normatif, machiste et stéréotypé de l’éducation nationale, ce discours qui laisse des jeunes sans repères, sans estime pour eux-mêmes, sans conscience du respect qu’ils se doivent et qui leur est du.

La honte c’est la violence homophobe à l’école, ni prévenue dans les cours d’éducation à la citoyenneté ni sanctionnée. Et les coups et les insultes pleuvent impunément sur tous ceux dont l’hétérosexualité n’est pas assez clairement établie. La honte, c’est l’absence de formation des éducateurs qui pourraient repérer et répondre à la détresse de jeunes homosexuels.

Nous porterons sur nous les insultes que l’école française tolère. Oui, « je suis un sale pédé », oui, « je suis une sale gouine ». Nous sommes en colère. Parce que nous pouvons parler, nous irons devant le ministère de l’Education Nationale nous taire pour lui rappeler combien son silence et son inaction ont permis que trop de jeunes gais et lesbiennes se taisent définitivement. Nous serons là, dans toutes les marches des Fiertés, dans les Lesbian and Gay Pride, symbole du rejet de la honte imposée par la société, cette honte que l’école continue à inscrire dans nos parcours.

Venez partager cette colère silencieuse, le vendredi 28 juin.

Plus d'informations :

moules.frites@free.fr

Infos, plate-forme de revendication : http://moules.frites.free.fr


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur