La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Les élus de la Marne désapprouvent les propos du député Vanneste

Les élus de la Marne désapprouvent les propos du député Vanneste

date de redaction lundi 28 février 2005


2 sénateurs de la Marne, 4 députés de la Marne et 1 ministre soutiennent l’action d’EX AEQUO de Reims contre le député UMP Christian Vanneste.


communiqué Inter Centres LGBT - 25/2/2005

Suite aux propos outranciers et homophobes du député UMP du Nord, Christian Vanneste, nous avions tous les députés et les sénateurs de la Marne pour qu’ils condamnent fermement les propos de leur collègue parlementaire.

2 sénateurs, 4 députés et 1 ministre ont réagi en soutenant notre action.

Françoise Ferat sénateur UDF, nous écrit le 1er février 2005 :

« Comprenant votre émoi, il me semble indispensable de vous préciser que de tels débordements verbaux sont inacceptables parce qu’ils constituent une négation de la dignité humaine. Je regrette vivement que certains profitent de leur liberté d’expression pour bafouer les autres droits attachés à la personne et ce, aussi bien dans leur dimension politique, cultuelle que sexuelle ».

Yves Detraigne, sénateur UDF, nous écrit le 2 février 2005 :

« Je comprends tout à fait la colère qui vous anime après de telles déclarations. En qualité de parlementaire UDF, je suis très attaché aux libertés fondamentales et souhaite que chacun d’entre nous, quelles que soient son origine, sa religion ou son orientation sexuelle, ait les mêmes chances dans notre société. Aussi, je ne peux que déplorer et réprouver les propos de Christian Vanneste qui, par ailleurs, peuvent être de nature à inciter à des actions discriminatoires ».

Francis Falala, député UMP, nous écrit le 3 février 2005 :

« ... je vous fais part de ma vive indignation et de ma condamnation des propos inacceptables tenus par le député UMP Christian Vanneste.

Soucieux de lutter contre toutes les formes de discriminations, je partage votre désapprobation et celle de Nicolas Sarkozy à l’encontre de tels propos. Ceux-ci sont opposés aux valeurs de ma famille politique et de mes convictions et doivent être combattus sans relâche. »

Jean-Claude Thomas, député UMP, nous écrit le 4 février 2005 :

« Sachez que je partage votre indignation vis à vis de tels propos inacceptables et que je condamne vivement.

Ces déclarations, bien évidemment, n’engagent que leur auteur et en aucun cas une majorité Parlementaire qui oeuvre depuis le début de la Législature en faveur d’une plus grande égalité de chacun dans notre société. »

Philippe Martin, député UMP, nous écrit le 9 février 2005 :

« Soyez assuré que je condamne fermement de tels propos, propos qui sont d’autant plus inacceptables qu’ils émanent d’un élu de la Nation. Soyez assuré qu’au cours des discussions qui se tiendront à l’Assemblée Nationale, je ne manquerai pas d’affirmer ma position tendant au respect de la vie privée de chaque citoyen. »

Charles de Courson, député UDF, nous écrit le 14 février 2005 : « Je tiens à vous assurer que je comprends votre colère et que je partage pleinement votre position. Je considère que de tels propos sont parfaitement inacceptables. »

Catherine Vautrin, secrétaire d’État aux Personnes âgées, ancienne députée de la Marne, nous écrit le 10 février 2005 :

« Sachez que je partage sans réserve votre indignation qui est la vôtre devant les propos du député Christian Vanneste, qui ont d’ailleurs été publiquement et très fermement condamnés par la Président de la formation politique à laquelle j’appartiens, à savoir Nicolas Sarkozy.

Lorsque j’étais en charge au Gouvernement de la politique d’Intégration et d’Égalité des Chances, j’ai pris une part très importante à l’élaboration de la loi par laquelle a été créée la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité (HALDE).

Cette instance sera compétente, comme vous le savez, pour lutter contre toutes les formes de discrimination liées notamment aux préférences sexuelles, et la répression des propos homophobes offrira de nouvelles garanties contre ce type de dérive incompatible avec les valeurs de notre République.

Croyez en ma parfaite vigilance sur cette question. »

Nous attendons toujours avec beaucoup d’impatience les réponses des députés UMP de la Marne, Bruno BOURG-BROC et Philippe FENEUIL, du sénateur UMP, Jean-Claude ETIENNE et du Ministre de la Fonction Publique, Renaud DUTREIL.

Nous serons patients...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur