La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Nouveau gouvernement : Chirac et Raffarin récompensent les anti-pacs

Nouveau gouvernement : Chirac et Raffarin récompensent les anti-pacs

date de redaction vendredi 10 mai 2002


L’Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans s’inquiète de voir dans le gouvernement de très vigoureux opposants aux droits des homosexuels, voire des homophobes avérés.


communiqué inter-lgbt - 9/05/2002

Jean-Jacques Aillagon et Roselyne Bachelot-Narquin, qui ont pris position publiquement en défense des libertés et des droits des homosexuels, y sont très minoritaires. En effet, à l’exception de Madame Bachelot-Narquin qui avait voté pour et de Jean-Louis Borloo qui s’était abstenu, tous les membres du gouvernement qui ont été parlementaires en 1999 ont voté contre le pacs, le Premier Ministre en tête.

Jean-François Mattéï est un adversaire de l¹égalité : ce porte-voix des évêques à l¹Assemblée nationale, prosélyte des « modèles naturels de l¹anthropologie », artisan d¹une normativité sociale sous le masque de l¹éthique, affirmait tout simplement que « du point de vue de la société il ne peut y avoir aucune équivalence entre couples hétérosexuels et couples homosexuels ». Il devient Ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées.

Patrick Devedjian (demandait d¹interdire par la loi l¹adoption par l¹un des partenaires d¹un couple pacsé et) défendait « le droit élémentaire [des homosexuels] de vivre discrètement » contre un pacs conçu « pour ceux qui acceptent de se déclarer comme tels ». Il se retrouve Ministre délégué aux libertés locales ; espérons que le ministre ne confonde pas « droit élémentaire » avec obligation.

Renaud Dutreil a été l¹auteur d¹innombrables d’amendements visant à démolir le projet du pacs. Il trouve une reconnaissance de ses faits d’armes en devenant Secrétaire d’État.

Nicolas Sarkozy déclarait que nous avions « cru entendre » des propos homophobes lors de la discussion parlementaire. Numéro 2 du gouvernement, il dirige un Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales, incarnation des obsessions sécuritaires de la campagne présidentielle ; espérons qu¹il entende désormais la violence homophobe, lesbophobe et sexiste.

Michèle Alliot-Marie, Renaud Donnedieu de Vabre, Hervé Gaymard se sont tous exprimés contre le pacs, et plus généralement contre l’ouverture de droits pour les personnes homosexuelles.

L’Inter-LGBT se montrera extrêmement vigilante à l’égard de la politique menée par ce gouvernement ; elle demande une fois encore au Président de la République de ne pas instrumentaliser les voix qu’il a obtenues ce dimanche 5 mai pour légitimer une politique sécuritaire, familialiste ou de régression sociale que l¹écrasante majorité de ses électeurs ont refusée en disant NON à Le Pen.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur