La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > L’Inter-LGBT évoque le cas Vanneste avec les responsables UMP

L’Inter-LGBT évoque le cas Vanneste avec les responsables UMP

date de redaction vendredi 24 décembre 2004


Bernard Accoyer, président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale a rencontré des représentants de l’Inter-LGBT pour évoquer les propos tenus par le député Christian Vanneste


communiqué de presse Inter-LGBT - 23/12/2004

Ce jeudi 23 décembre 2004, l’Inter-LGBT a rencontré Bernard Accoyer, président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale.

L’Inter-LGBT a rappelé sa consternation suite aux propos qui ont été tenus par Christian Vanneste, député UMP, tant dans l’hémicycle le 7 décembre dernier ("L’introduction même de l’idée d’homophobie tend à accréditer que le comportement homosexuel a la même valeur que d’autres comportements, alors qu’il est évidemment une menace pour la survie de l’humanité."), réitéré le 16 décembre 2004 dans le quotidien 20 minutes ("Oui, le comportement homosexuel est inférieur au comportement hétérosexuel. Si on n’accepte pas ce principe, l’humanité est condamnée à disparaître."). L’Inter-LGBT a fait remarquer que l’objet de la loi qui vient d’être voté était bien de mettre fin à de telles manifestations de haine.

Rappelant qu’un sénateur du PRG, François Abadie, avait été exclu de son parti pour avoir tenu des propos similaires en 2000, l’Inter-LGBT a demandé à Bernard Accoyer quelles étaient ses intentions pour que de tels dérapages ne se reproduisent plus. Le président du groupe UMP a condamné à titre personnel ces déclarations et a reconnu que, tenus par un non-parlementaire, elles tomberaient très probablement sous le coup de la nouvelle loi. Il a expliqué que l’opinion qu’elles reflètent était de fait très minoritaires au sein de son groupe. Toutefois, il a affirmé se refuser à brider de quelque façon que ce soit l’expression des députés de son groupe.

L’Inter-LGBT a souligné que laisser s’exprimer de tels propos de haine était une lourde responsabilités. Elle a annoncé qu’à l’occasion d’une éventuelle discussion parlementaire sur le réforme du pacs, elle ne relâcherait pas sa vigilance. L’Inter-LGBT a enfin demandé que la mission parlementaire sur la famille créée à l’initiative du président de l’Assemblée Nationale observe une certaine tenue, que sa composition reflète une réelle diversité d’opinions sur les questions de parentalité et de mariage, et que les travaux respectent un certain pluralisme, notamment au niveau des personnalités auditionnées. Bernard Accoyer a assuré que ce serait le cas, sans pour autant cacher que les positions en faveur de la reconnaissance de l’homoparentalité ou de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe sont minoritaires au sein du groupe UMP.

Alain Piriou, porte-parole


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur