La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Propos homophobes dans l’hémicycle : MM. Vanneste et Nesme doivent être (...)

Propos homophobes dans l’hémicycle : MM. Vanneste et Nesme doivent être sanctionnés !

date de redaction samedi 11 décembre 2004


Les Verts appellent solennellement M. Accoyer, Président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale, à exclure les deux députés du groupe UMP.


communiqué des Verts - 9 décembre 2004

Le débat de 2nde lecture sur le projet de loi portant création de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE) a été, à l’Assemblée Nationale, le théâtre d’un certain nombre de dérapages inacceptables. Les propos tenus par certains députés illustrent la nécessité d’une pénalisation efficace des injures et diffamations à caractère sexiste, homophobe et transphobe.

Les Verts et la Commission Nationale LGBT des Verts tiennent à exprimer leur colère devant les propos tenus, sous l’œil bienveillant des ministres du Gouvernement, par le député de l’UMP, M. Vanneste. En qualifiant les homosexuel-le-s de « menace pour la survie de l’humanité », celui-ci ne fait rien d’autre qu’inciter nos concitoyens à détruire les homosexuel-le-s, supposé-e-s représenter une menace. De même, affirmer , comme l’a fait M. Vanneste, que les homosexuels ont pour fin « le suicide de l’humanité », n’est rien d’autre qu’une incitation à la haine et au meurtre. Que dire encore des propos de M. Jean-Marc Nesme, qui n’a pas hésité à assimiler homosexualité et viol d’enfants. « Ce ne sont pas les homosexuels qui sont le plus en danger, ce sont les enfants » a-t-il ainsi déclaré, comme si la défense des premiers impliquait la mise en danger des seconds.

Pareils propos laisseraient sans voix si l’on n’avait trop conscience de leur conséquence logique : le corps brûlé de Sébastien Nouchet.

Les Verts appellent solennellement M. Accoyer, Président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale, à exclure ces deux députés du groupe UMP. Il l’aurait incontestablement fait pour tout député-e qui aurait tenu pareils propos contre un groupe ethnique ou religieux. Qu’il prouve ainsi sa détermination, si souvent proclamée, à lutter contre les discriminations quelles qu’en soit le motif.

Les Verts rappellent qu’en juin 2001, pour avoir simplement dit à la tribune ce que tout le monde savait - à savoir que les pratiques d’inscriptions de faux électeurs avaient été couvertes par l’ancien maire de Paris, Jacques Chirac - Noël Mamère avait reçu un blâme de Raymond Forni, Président socialiste de l’Assemblée Nationale. Les Verts appellent le Président de l’Assemblée Nationale a prendre des sanctions au moins aussi lourdes à l’encontre des deux député-e-s de la majorité qui ont appelé au meurtre d’une partie de la population.

Enfin, les Verts exigent du gouvernement, et de M. Perben en particulier, qu’il condamne enfin ces incitations à la haine qu’il a écoutées sans broncher pendant qu’il prétendait légiférer contre les propos discriminatoires.

Pierre Serne, responsable de la Commission LGBT des Verts


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur