La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Lutte contre l’homophobie : les associations entendues par le (...)

Lutte contre l’homophobie : les associations entendues par le gouvernement

date de redaction jeudi 9 décembre 2004


Le MAG Jeunes Gais et Lesbiennes se félicite de l’adoption de la loi instituant la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et des dispositions contre les propos sexistes et homophobes, mais pointe l’attitude de certains députés.


communiqué du MAG-Jeunes Gais et Lesbiennes - 8/12/2004

Cette nuit, l’Assemblée Nationale a adopté le projet de loi créant la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE). A travers ce projet de loi, les députés ont également voté la création d’un délit de provocation à la haine, à la violence et à la discrimination sexiste et homophobe ainsi que la répression des injures et diffamations à caractère sexiste ou homophobe.

Le MAG-Jeunes Gais et Lesbiennes se félicite que les députés UDF, PS et UMP dans leur grande majorité aient entendu les revendications des associations LGBT et marqué ainsi leur attachement à la lutte contre toutes les discriminations.

Les échanges au sein même de l’hémicycle ont encore une fois montré la réalité des préjugés à l’égard des homosexuels. M. Christian Vanesse, député UMP du Nord, s’est ainsi illustré en qualifiant le « comportement homosexuel » de «  menace pour la survie de l’humanité ». M. Jean-Marc Nesme, député UMP de Saône et Loire, quant à lui n’a pas reculé devant les amalgames douteux entre homosexualité et pédophilie en déclarant que « dans notre société ce ne sont pas les homosexuels qui sont le plus en danger, ce sont les enfants ». Des propos qu’on croirait sortis d’un autre temps...et qui soulignent la nécessité de l’éducation et de la prévention en matière de lutte contre l’homophobie, pour éviter que les générations futures ne reproduisent des schémas de pensées dont certains députés UMP ont donné une parfaite illustration.

Le gouvernement a fait un premier pas dans ce sens, et a souligné par la voix du Ministre de la Justice, Dominique Perben, qu’il était de son « devoir » de faire face à la montée de l’homophobie dans notre société. Nous attendons maintenant que le gouvernement aille plus loin, en spécifiant notamment la transphobie comme motif de discriminations à part entière, et nous resterons vigilants sur le débat qui aura lieu en deuxième lecture au Sénat le 22 décembre.

Elodie Segura


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur