La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Discriminations : promesses et reniement de l’UMP

Discriminations : promesses et reniement de l’UMP

date de redaction samedi 20 novembre 2004


Martine Billard, députée Verts, proteste contre la réduction des crédits alloués par le Parlement à la future Haute Autorité de lutte contre les Discriminations.


communiqué Martine Billard - 18 novembre 2004

Le Sénat n’a même pas eu le temps de voter la création de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’Egalité (HALDE) que déjà, à l’Assemblée, l’UMP lui rogne les ailes.

Lors de la séance du 17 novembre au soir sur le budget du ministère de la Cohésion sociale, prétextant que la délégation aux droits des femmes ne disposait que d’un budget de 17 millions, la commission des finances a proposé de réduire, sous les applaudissements des bancs de l’UMP, les crédits de la HALDE de 10,7 millions à 5,35 millions d’euros. L’UMP voudrait-elle ainsi opposer les discriminations sexistes, racistes, homophobes ou à raison d’un handicap ?

Au final, le budget de la HALDE a été réduit à 9 millions sous prétexte « d’aligner » les dépenses de la France pour la HALDE sur celles de la Belgique, alors qu’il ne s’agit pas, bien sûr, de la même échelle démographique. Au Royaume-Uni, l’organisme analogue luttant contre les discriminations, dispose de 30 millions d’euros. Pourtant, lors de l’examen du projet de création de la HALDE à l’Assemblée nationale, début octobre, il avait été clairement dit que la Haute autorité ne serait qu’un coquille vide s’il n’y avait pas suffisamment de moyens pour instituer des relais locaux susceptibles de recueillir les plaintes et accompagner les victimes.

Les grandes déclarations de lutte contre les discriminations n’auront duré que le temps d’un affichage. Dans le même temps, la loi de cohésion sociale dont l’examen vient de commencer ne contient aucun dispositif de lutte contre les discriminations. Elle aggrave même encore les dispositifs de contrôle et de suspicion contre les chômeurs et les étrangers, et précarise encore davantage l’emploi en facilitant les licenciements ; ce qui ne peut malheureusement que renforcer les situations de discrimination au travail et le silence des victimes.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur