La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Condamnation d’un policier homophobe : SOS homophobie partiellement (...)

Condamnation d’un policier homophobe : SOS homophobie partiellement satisfaite de ce jugement

date de redaction samedi 6 novembre 2004


La condamnation d’un policier homophobe par le tribunal correctionnel de Paris est assurément une victoire de la justice sur l’homophobie, néanmoins, la peine infligée est peu importantes face aux préjudices subis par la victime.


GIF - 5 ko

communiqué SOS Homophobie - 5 novembre 2004

La condamnation d’un policier homophobe par le tribunal correctionnel de Paris est assurément une victoire de la justice sur l’homophobie. En reconnaissant l’outrage dont a été victime un policier en étant insulté par un des ses collègues, le juge a marqué le refus de la justice de laisser de tels actes impunis. Les peines infligées au condamné restent néanmoins peu importantes face aux préjudices subis par la victime.

Mercredi 3 novembre 2004 la dixième chambre du tribunal correctionnel de Paris a rendu son verdict concernant l’affaire opposant Emmanuel L. gardien de la paix à un de ses collègues qui l’avait violemment insulté. Le juge a condamné le policier homophobe, reconnaissant ainsi l’outrage qui avait été infligé à Emmanuel par son collègue : 5500 euros d’amende avec sursis, 4500 euros de dommages et intérêts et 800 euros de participation aux frais de justice. Cette décision, qui devrait faire jurisprudence pour d’autres affaires de ce type, marque, espérons le, l’arrivée d’une nouvelle ère où les fonctionnaires de police homosexuels seront assurés du respect de leurs collègues pour leur personne et leur orientation sexuelle.

En 2003, le policier condamné ce mercredi, avait inscrit sur le casier d’Emmanuel les mots « Sale pédé, dépravé, homo de merde, va bouffer du sperme ailleurs, enculé ». L’auteur de ces inscriptions a reconnu les faits, et les a justifiés car selon lui il n’est pas possible d’être à la fois policier et homosexuel. Nous saluons le courage d’Emmanuel L. qui a refusé de se taire. Nous regrettons néanmoins que les dommages et intérêts qu’il a pu obtenir soient si peu importants face aux frais de justice engagés et à tous les préjudices subis lors de cette affaire. Nous partageons son amertume face à ce collègue dont la carrière ne devrait pas être compromise par cette condamnation.

SOS homophobie reçoit de nombreux témoignages de personnes victimes d’homophobie lors de relations avec la police (arrestations très zélées dans des lieux de drague, évocation de l’homosexualité lors d’interrogatoires dans des affaires dans lesquelles la sexualité des personnes concernées importe peu, gardes à vue injustifiées, voire violences physiques dans certains cas). Face à la recrudescence de ce genre de témoignages, SOS homophobie appelle toutes les personnes victimes de ce genre de comportement à témoigner sur sa ligne d’écoute anonyme.

En tant que représentants de la force publique, les policiers se doivent d’être exemplaires dans leur comportement et de lutter contre les discriminations plutôt que de les encourager. SOS homophobie, qui a conçu un module de sensibilisation à destination des écoles de police et de gendarmerie, continue à se mobiliser pour que la lutte contre l’homophobie et la lesbophobie fasse partie des obligations des policiers. A quand un engagement politique fort allant dans ce sens ?

SOS homophobie


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur