La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actions > Non à Buttiglione, oui à l’égalité des droits !

Non à Buttiglione, oui à l’égalité des droits !

date de redaction mardi 19 octobre 2004


La récente nomination de M. Buttiglione comme commissaire à la justice, à la liberté et à la sécurité constitue un danger réel. Il a déjà sévi en Italie, il risque de sevir cette fois au niveau europeen. Les homosexuels ont beaucoup obtenu de l’Europe en matière d’égalité des droits. Ils auraient désormais beaucoup a craindre. Il n’est peut-être pas trop tard pour faire quelque chose. Les Gais et Lesbiennes Branchés s’associent à Pierre Albertini et Louis-Georges Tin pour demander aux députés de ne pas valider sa nomination.


Récemment, la présidence de la commission des droits des femmes et de l’égalité des genres au parlement européen a été attribuée à Anne Zaborska, malgré ses tonitruantes déclarations contre le droit à l’avortement et en faveur de l’internement des homosexuels en asile psychiatrique. Aujourd’hui, la nomination de Rocco Buttiglione au poste de commissaire européen à la justice, à la liberté et à la sécurité serait non seulement une nouvelle insulte faite aux millions de femmes, d’homosexuels, et plus généralement à tous les démocrates de l’Union Européenne, mais constituerait également une terrible menace pour les actions futures en faveur de l’égalité des droits. Les déclarations officielles de M. Buttiglione sur les femmes (« la famille existe pour permettre à la femme d’avoir des enfants et d’être protégé par son mari ») et sur les homosexuels (« l’homosexualité est un péché ») le disqualifient pour un poste aussi sensible.

Mais, pourrait-on dire, il ne s’agit que de mots ou de phrases. Vraiment ? En juillet 2003, étant lors ministre du gouvernement Berlusconi, M. Buttiglione s’est signalé en sabotant la transposition de la directive européenne contre les discriminations homophobes en Italie : il a habilement introduit dans la loi une clause dérogatoire qui autorise des exceptions quand il s’agit de recruter dans la police, dans l’armée, dans les prisons, etc., rendant le nouveau système finalement plus discriminatoire que l’ancien. Dans ces conditions, il est permis de douter de la bonne foi de M. Buttiglione quand il affirme qu’il s’agit de convictions religieuses et privées qui n’auraient aucune incidence sur son engagement politique en la matière. Il s’est déjà illustré en Italie sur les questions liées à l’homosexualité ou à la contraception. Son action passée dément ses propos présents et fait craindre, à juste titre, une politique tout a fait désastreuse à l’avenir.

Pourtant, le vote doublement négatif de la Commission ne semble pas avoir fermé totalement la porte à la nomination de M. Buttiglione, et M. José Manuel Barroso, président de la Commission, lui a renouvelé sa confiance dès le lendemain. D’obscurs marchandages (« l’énergie » contre « la justice ») semblent devoir peser sur le résultat du vote d’investiture le 27 octobre, et dans l’état actuel des choses, M. Buttiglione pourrait entrer en fonction le 1er novembre prochain.

Il serait tout a fait scandaleux et antidémocratique que le vote d’une Commission du Parlement européen puisse être ainsi foulé aux pieds. Il nous semble que les députés européens qui ont voté comme ils l’ont fait le 11 octobre ont donné à entendre la voix des citoyens qui viennent de les élire. Les désavouer de la sorte reviendrait à mépriser ostensiblement les dizaines de millions d’Européens qui, attachés à cet idéal commun de sécularisation et désireux de le défendre, ne veulent pas que leur avenir juridique et politique soit façonné par le fondamentalisme religieux.

Nous demandons aux députés européens, quelle que soit leur appartenance politique ou nationale, de refuser la confiance à la Commission Barroso, si M. Buttiglione y figure au poste de commissaire à la Justice, à la liberté et à la sécurité. Au moment où la lutte contre le sexisme, l’homophobie et le fondamentalisme religieux quel qu’il soit doit nous mobiliser plus que jamais, nous pensons que l’Union Européenne doit s’unir pour affirmer les valeurs de liberté et d’égalité, quels que soient le sexe, le genre ou l’orientation sexuelle. La nomination de M. Buttiglione marquerait la victoire d’un ordre symbolique réactionnaire qui, partie intégrante du problème, ne saurait en être la solution.

Pierre Albertini, historien,
Louis-Georges Tin, initiateur de la Journée Mondiale de Lutte Contre l’Homophobie


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur