La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Scandale homophobe à la Commission européenne

Scandale homophobe à la Commission européenne

date de redaction vendredi 15 octobre 2004


L’Inter LGBT exhorte les membres du Parlement européen à ne pas céder au chantage du président Barosso, qui menace de dissoudre la Commission européenne si la nomination de Rocco Buttiglione, homophobe notoire, n’est pas avalisée.


communiqué de presse Inter LGBT - 13/10/2004

Le 27 octobre prochain, le Parlement européen procédera au vote d’investiture de la Commission européenne constituée par son futur président, José Manuel Durao Barroso. Lors de ses deux précédentes auditions par le Parlement européen, les 5 et 7 octobre, le commissaire désigné à la justice, aux libertés et à la sécurité, Rocco Buttiglione, a fait connaître ses positions homophobes et machistes. Celui qui considère l’homosexualité comme un "péché", et qui estime que le mariage a pour but de "permettre aux femmes d’avoir des enfants et la protection d’un mâle", est sans doute le pire candidat pour des fonctions qui l’amèneront à proposer des directives et des programmes d’action pour lutter contre les discriminations. N’avait-il pas combattu, au nom du gouvernement italien, l’inscription de l’orientation sexuelle parmi les motifs de discriminations combattus par la Chartes des droits fondamentaux ?

En maintenant cette candidature, et ce malgré un vote de défiance de la Commission des affaires civiles du Parlement européen, le président Barroso a choisi le passage en force : ou bien son candidat est accepté par le Parlement européen, ou bien c’est la Commission européenne tout entière qui est rejetée.

Pour la deuxième fois consécutive, les conservateurs, majoritaires dans les gouvernements de l’Union européenne ainsi qu’au Parlement européen exercent ce scandaleux chantage pour faire entériner leurs choix de porter à des responsabilités des candidats aux convictions sexistes et homophobes (cf. élection d’Anna Zaborska, eurodéputée homophobe à la tête de la Commission des droits d es femmes du PE). Alors que le fonctionnement de l’Union européenne appelle au consensus plus qu’au clivage droite-gauche, les choix faits donnent du grain à moudre à ceux qui veulent rejeter l’Europe.

La désignation de Buttiglione à ce poste de commissaire est contradictoire avec l’histoire et l’identité de l’Union européenne qui a fait progresser ces 15 dernières années les droits des femmes et des personnes lesbiennes et gaies. L’Inter-LGBT demande donc :

  • à José Manuel Durao Barroso de retirer la candidature de Rocco Buttiglione ;
  • aux députés européens français de l’UMP de tenir les engagements qu’ils ont pris durant la campagne des européennes en se désolidarisant du soutien affiché par le groupe PPE dans lequel ils siègent : on se souvient que l’UMP s’était en effet engagée à lutter contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre  ;
  • à l’ensemble des députés européens français d’exercer toutes les pressions possibles pour que la candidature de Buttiglione ne soit pas présentée au vote du Parlement européen.

Alain Piriou, porte-parole


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur