La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Tetu : le prix de l’alibi

Tetu : le prix de l’alibi

date de redaction vendredi 17 septembre 2004


Le magazine gai et lesbien est débouté dans son action en diffamation contre la sociologue Marie-Hélène Bourcier et est condamné à lui verser 1.500 euros.


ommuniqué - 16 septembre 2004

Par un jugement de la 17ème Chambre (Presse Civile) du Tribunal de Grande Instance de Paris, prononcé le 15 septembre 2004, le magazine Têtu, la société CPPD, Mlle Judith Silberfeld (journaliste), Mr Thomas Doustaly (rédacteur en chef) ainsi que Mr Olivier Segot (directeur de la publication) défendus par Maître Francis Terquem ont été déboutés de leur action en diffamation à l’encontre de Mlle Marie-Hélène Bourcier, sociologue, professeur à l’université de Lille III et dont la défense était assurée par Maître Yann Pedler. Ils ont été condamnés à payer à cette dernière la somme de 1.500 euros au titre de l’article 700 du NCPC.

Il était reproché à Mlle Bourcier d’avoir porté atteinte à l’honneur de Mlle Judith Silberfeld en ayant dit que celle-ci était « la lesbienne alibi de Têtu » et qu’elle « n’avait pas accès aux conférences de rédaction ».

Melle BOURCIER est satisfaite que sa bonne foi ait été reconnue par le Tribunal dans le cadre du débat qu’elle a soulevé quant à l’invisibilisation des lesbiennes et de leur culture dans la presse et plus particulièrement dans le Magazine Têtu qui affirme être le magazine des gais et des lesbiennes.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur