La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Votons et Marchons pour l’égalité des droit

Votons et Marchons pour l’égalité des droit

date de redaction mercredi 1er mai 2002


Appel de la Lesbian & Gay Pride de Lyon à voter pour Jacques Chirac le 5 mai, et pour marcher avec les gays et les lesbiennes de Lyon le 15 juin


communiqué de la Lesbian & Gay Pride de Lyon - 30/4/2002

7 ans déjà, que la marche de la Lesbian and Gay Pride de Lyon, dans le sillage d’autres villes, commémore les émeutes débutées au Stonewall Inn, bar de travestis, le 27 juin 1969. Qui mieux, que les travestis, à l’époque, pouvaient, à partir de leur propre expérience de solitude, de rejet, de mépris, faire le diagnostic des difficultés supportées par notre communauté dans toute sa diversité ?

En France, nous aurons dû attendre 1982 pour que soit officialisée la dépénalisation de l’homosexualité. Nous aurons dû attendre 1999 pour que le PaCS soit enfin adopté et incarne le droit à une véritable reconnaissance des couples homosexuels.

En 2002, auront nous enfin une législation qui sanctionne l’homophobie ?

C’est aussi à ces folles et à ces camionneuses que nous devons les premiers actes militants pour notre reconnaissance et notre acceptation dans la société, et leur visibilité précéda de plusieurs décennies celles de nos marches . Et alors ? me direz-vous. Et alors ?

La pluralité de notre communauté exige que nous allions encore plus loin et que nous portions des projets importants comme la reconnaissance des transsexuels. Malheureusement, beaucoup d’entre nous, trop nombreux, à l’image de la montée des intégrismes, qu’ils soient religieux ou politiques, expriment le rejet de l’autre au sein même de notre communauté. En stigmatisant ainsi des gais, des lesbiennes, mais aussi des transsexuels, certains d’entre nous, participent directement à l’expression de l’homophobie revendiquée par certaines personnalités politiques qui se présentent aujourd’hui à l’élection présidentielle et que nous retrouverons bientôt aux élections législatives.

Pourtant, les sondages les plus récents témoignent d’une acceptation grandissante par les Français, des homos, du PaCS, du droit à l’adoption. Cette reconnaissance ne résulte pas de l’opération du Saint Esprit mais d’un travail de longue haleine des associations . Quelle attitude auraient adoptée nos députés, lors des discussions sur le PaCS, alors qu’il fût frappé « d’exception d’irrecevabilité » lors de sa première présentation à l’Assemblée Nationale, si seulement 10% des français avaient été favorables à la reconnaissance du couple homosexuel ?

Cette année, le thème de notre marche est :

HOMOS HÉTÉROS, MÊMES DROITS MÊMES DEVOIRS

Egaux devant les devoirs ( devant la loi, devant le fisc ), nous revendiquons d’être également des citoyens à part entière au niveaux des droits.

Liberté d’être des couples : nos revendications ne sauraient se limiter à quelques acquis âprement disputés comme le PaCS. Nous voulons qu’il soit amélioré et demandons sa signature en mairie. L’égalité des droits, c’est aussi le mariage. Liberté d’être des parents : par l’adoption ou encore par la procréation médicalement assistée. l’homoparentalité est une réalité difficile à vivre pour ces parents qui assument sur le tard leur homosexualité et qui souffrent des discriminations liées à leur différence vis-à-vis de la famille et de la justice . Liberté d’être des donneurs de sang ou d’organes : En interdisant que la seule orientation sexuelle puisse être sujet à rejeter un donneur potentiel.

Egalité dans la lutte contre le Sida : Les pouvoirs publics sont aussi responsables du relâchement de la prévention chez les jeunes, les gais et les lesbiennes en diminuant les budgets et en censurant des campagnes de prévention. Egalité dans le monde du travail : environnement souvent sexiste et machiste, le monde du travail reste un espace où dévoiler son homosexualité n’est pas aisé, notamment dans l’enseignement du fait de l’amalgame avec la pédophilie. Egalité au niveau du devoir de mémoire : reconnaissance de la déportation sans déni de la déportation homosexuelle. Cette année encore, nous n’aurons pas eu le droit de disposer d’un représentant parmi les officiels, nous aurons attendu la fin de la cérémonie officielle pour déposer notre gerbe et nous n’aurons pas été invités à l’Hôtel de Ville, à l’issue de la cérémonie. Fraternité dans les Lycées : en soutenant les actions d’informations par nos associations dans les lycées et en soutenant les jeunes qui découvrent leur différence. Prévention du suicide des jeunes. Fraternité dans la rue : se tenir par la main ou s’embrasser sans crainte. Fraternité contre l’homophobie : Seule, une loi pénalisant l’homophobie, au même titre que celles qui existent déjà concernant la pénalisation du sexisme et du racisme, permettra d’enrayer ces discriminations. Reconnaissance des transsexuels.

L’issue du scrutin du 1er tour des élections présidentielles ne peut nous laisser , militants associatifs apolitiques, indifférents. Certains penseront que nous avons tort de mélanger la politique et nos revendications. C’est pourtant des politiques dont dépend notre avenir. Ce sont eux qui font les lois. Ce sont eux aussi qui les abrogent.

C’est la démocratie que de respecter son droit, à Jean-Marie LE PEN de se présenter au 2ème tour des Présidentielles comme de respecter le droit de ces électeurs à avoir cru, peut-être, faire un bon choix. Néanmoins, il est de notre devoir de les alerter et de les inviter à réagir pour le second tour. Tout semble prouver que Jean-Marie LE PEN ne résoudra nullement les craintes et les violences de notre société mais, au contraire, alimentera les incompréhensions et les conflits entre les personnes. Irez-vous voter pour celui qui promet de créer des Sidatoriums ? Qui promet l’abrogation du PaCS ? qui promet d’adopter des lois interdisant l’adoption pour les gais et les lesbiennes ?

S’abstenir, voter blanc ou voter nul, c’est aussi voter LE PEN. Il est de notre devoir d’alerter aussi celles et ceux qui se sont abstenus au 1er tour, celles et ceux qui par idéologie avaient promis de ne pas se déplacer pour le second tour, celles et ceux qui n’avaient pas imaginé que Lionel JOSPIN serait exclu de la course.

Au 1er tour, on choisi. Au 2ème tour, on élimine. Faisons mieux…Eradiquons. Le 5 mai, allez voter massivement. Jamais, Jacques CHIRAC ne pourra se prévaloir du résultat.

Pensez, lorsque vous entrerez dans l’isoloir, pour le second tour des Présidentielles comme pour les Législatives, à notre LIBERTE d’aimer, notre EGALITE des droits et à notre FRATERNITE contre l’homophobie.

Patrice KOWALSKY, Président de l’Association Lesbian and Gay Pride de Lyon