La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > L’amnésie de Jacques Chirac

L’amnésie de Jacques Chirac

date de redaction vendredi 9 juillet 2004


La Coordination InterPride France estime que dans son discours du Chambon-sur-Lignon, le Président de la République a affiché une fois de plus le mépris dans lequel il tient les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transsexuelles.


communiqué Coordination Interpride France - 8/7/2004

La CIF (Coordination InterPride France) réagit aux propos tenus par le Président de la République, jeudi 8 juillet à Chambon-sur-Lignon, affichant une fois de plus le mépris dans lequel il tient les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transsexuelles (LGBT).

Affirmant "qu’il en va du principe même de justice", Jacques Chirac a demandé à l’institution judiciaire de "sanctionner avec la plus grande sévérité et la plus grande exemplarité" les actes de racisme, d’antisémitisme, de xénophobie et d’homophobie.

Restant dans son rôle de garant de la cohésion sociale, les propos du chef de l’Etat sont généreux et nous les approuverions si nous étions amnésiques.

En effet, nous n’oublions pas qu’à ce jour les propos (écrits et paroles) homophobes ne peuvent être poursuivis, encore moins avec la plus grande sévérité et exemplarité, à l’inverse des propos racistes, antisémites et xénophobes. Cet effet d’annonce hypocrite qui nie le "principe même de justice" pourtant martelé par le chef de l’Etat, est dû aux fausses promesses du gouvernement qui ont conduit au retard du vote d’une loi contre l’homophobie, pourtant promise par le candidat Chirac.

Le Président de la République ne peut d’ailleurs ignorer cette situation puisqu’il a lui-même écarté cette loi contre l’homophobie de l’ordre du jour de la cession parlementaire actuelle, au lendemain de la rencontre, survenue le jeudi 24 juin, entre Jean-Pierre Raffarin et les associations LGBT porteuses de cette revendication, tout juste deux jours avant la Marche de Fiertés LGBT de Paris.

La CIF ne se laisse pas payer de paroles et exige que le Président de la République mette ses propos en accord avec ses actes en faisant voter par sa majorité parlementaire cette loi contre l’homophobie, améliorée par l’ouverture de la protection aux personnes transsexuelles, en intégrant aussi un volet anti-sexiste digne de ce nom, ainsi que par la mise en place rapide de l’Autorité contre les discriminations.

Après les 16 Lesbian & Gay Pride ou Marches des Fiertés LGBT 2004 qui ont eu lieu en France, réunissant quelques 740 000 manifestants, la CIF reste plus que jamais mobilisée et conserve son mot d’ordre :

CONTRE L’HOMOPHOBIE, LA LESBOPHOBIE, LA BIPHOBIE, LA TRANSPHOBIE : ASSEZ DE PROMESSES, DES ACTES !

Stéphane Corbin,
président de la Coordination InterPride France (CIF)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur