La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Act Up Paris a 15 ans. Le fondateur, Didier Lestrade, désavoue Act (...)

Act Up Paris a 15 ans. Le fondateur, Didier Lestrade, désavoue Act Up-Paris.

date de redaction vendredi 11 juin 2004


Didier Lestrade refuse désormais de cautionner le déclin, la mauvaise gestion, l’imbécillité et le manque de courage de l’association.


communiqué de presse - mercredi 9 juin 2004

Il y a quinze ans naissait Act Up-Paris, créé par Luc Coulavin, Pascal Loubet et Didier Lestrade. Ce mois-ci, Act Up croit bon de célébrer cet anniversaire. Dans ce communiqué, je veux expliquer que je désavoue complètement cette association. Je m’en sépare pour toujours. Je n’en suis plus membre. Je coupe tous les ponts avec cette association pour laquelle j’ai consacré quinze années des plus passionnantes de ma vie. Je ne le fais pas de gaieté de cœur. Je n’ai jamais menacé de le faire. Je ne cherche pas particulièrement à faire un coup d’éclat médiatique. Que cette information soit reprise par les médias n’est pas de mon ressort.

Mais je suis obligé, en mon âme et conscience, d’arrêter de cautionner le déclin, la mauvaise gestion, l’imbécillité et le manque de courage de cette association. Cela fait désormais huit ans que je tente de faire comprendre qu’Act Up doit s’investir davantage dans la prévention. J’ai échoué et mes nombreux amis ont échoué aussi. Je répudie publiquement Act Up car je n’ai rien à cacher, parce que je tiens à faire savoir que cette association ne fait plus son travail. Pire, elle est désormais partie prenante de la mauvaise “gestion” de l’épidémie de sida en France.

Act Up s’occupe de tout, donc Act Up ne s’occupe de RIEN.
Act Up n’a pas pris la mesure de la reprise de l’épidémie chez les homosexuels.
Act Up a laissé grandir le phénomène du bareback en France.
Act Up s’accommode du retard scandaleux de l’Institut National de Veille Sanitaire dans le rendu des chiffres de la Déclaration Obligatoire de Séropositivité (plusieurs de ses membres participent aux réunions de l’InVS).
Act Up lance un appel à dons, en novembre 2003, alertant l’opinion publique sur sa crise financière. À l’Assemblée Générale extraordinaire de mars 2004, le bureau explique qu’en fait, il n’y a pas eu de crise financière.
Act Up cache la vérité à ses membres en ne diffusant pas l’intégralité des comptes rendus de ses réunions (le CR de l’AG, par exemple, théâtre d’affrontements très importants, n’est toujours pas rédigé).
Act Up est actuellement dirigé par le bureau le plus inefficace de son histoire. Pour la troisième fois à la suite, le président de l’association est séronégatif, et ça se voit.
Act Up s’adresse aux médias à travers des communiqués de presse risibles, parodies de l’esprit militant, franc et intègre de ses débuts
Act Up ne parvient pas à s’accorder avec l’association Aides pour décider d’un discours commun sur la prévention.
Act Up a accepté le principe des publicités payantes du sex club Le Dépôt dans sa publication militante Action.
Act Up n’a pas le courage d’outer les hommes politiques qui devraient l’être.
Act Up critique les autres, mais ne sait pas se remettre en question.
Act Up élit au poste de trésorière Eve Plenel, la fille d’Edwy Plenel du Monde.
Act Up n’attire plus que 30 personnes à ses réunions hebdomadaires.
Act Up n’est plus une association homosexuelle.
Act Up a perdu le leadership sur les génériques.
Act Up est trop proche de la revue Vacarme.
Act Up devrait mieux utiliser son argent.
Act Up a perdu le contact avec la base.
Act Up a perdu le sens des priorités.
Act Up n’intéresse plus personne.
Act Up a perdu son intelligence.
Act Up n’est même plus drôle.
Act Up n’a plus d’idées.

Act Up se croit être exemplaire.
Act Up ne l’est plus.

Didier Lestrade lestrade@free.fr

Plus d'informations :

sur le site de Warning : http://www.thewarning.info

Warning est un nouveau groupe de pédés qui n’aiment pas le sida


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur