La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Appel à la commémoration de la déportation homosexuelle

Appel à la commémoration de la déportation homosexuelle

date de redaction jeudi 25 avril 2002


L’Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans se joint au Mémorial de la Déportation Homosexuelle pour appeler au dépôt de la gerbe à la mémoire des persécutions des homosexuels par le régime nazi lors de la Journée nationale du Souvenir le 28 avril.


communiqué de l’Inter-LGBT - 23/04/2002

Journée nationale du Souvenir de la Déportation

L’Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans se joint au Mémorial de la Déportation Homosexuelle pour appeler au dépôt de la gerbe à la mémoire des persécutions des homosexuels par le régime nazi lors de la Journée nationale du Souvenir.

Les personnes souhaitant accompagner le dépôt de la gerbe se rassembleront le dimanche 28 avril 2002 à 17 heures sur le Pont de l’Archevêché, angle Quai de la Tournelle, Paris 5è, Métro Maubert-Mutualité.

  Entre 1933 et 1944, les lesbiennes et les homosexuels d’Europe ont été raflés, torturés, expulsés ou envoyés en camp par les nazis, principalement sur le territoire du IIIè Reich, dont l’Alsace et la Moselle. 100 000 à 150 000 homosexuels ont été arrêtés par les nazis entre 1933 et 1944, au titre du paragraphe 175 du code pénal allemand ; 10 000 à 15 000 d’entre eux ont été envoyés en camp de concentration, où ils portaient un triangle rose, pointe en bas ; les deux-tiers sont morts entre les barbelés avant la victoire des Alliés.

Après la guerre, cette déportation est tombée dans l’oubli et l’ignorance. En France, sa reconnaissance aura été marquée l’an dernier par deux événements de portée historique. Le 26 avril 2001, trois jours avant la Journée de la Déportation, le Premier ministre Lionel Jospin s’est exprimé en faveur d’une pleine reconnaissance des persécutions perpétrées durant l’Occupation contre certaines minorités, dont les homosexuels, déclarant que « ce devoir de mémoire exige détermination et lucidité ». En novembre 2001, la Fondation pour la Mémoire de la Déportation produisait un rapport concernant « la déportation d’homosexuels à partir de la France dans les lieux de déportation nazis durant la seconde guerre mondiale au titre du motif d’arrestation 175 ».

Ce rapport, qui établit d’ores et déjà un relevé de 210 noms de personnes déportées en Alsace et en Moselle au titre du paragraphe 175, atteste désormais de la réalité de la déportation pour motif d’homosexualité en France. Le Secrétaire d’État chargé des anciens combattants, Monsieur Jacques Floch’, confirmait le 2 avril dernier que la cérémonie au Mémorial national de l’Île de la Cité intégrerait cette année le triangle rose dans sa symbolique.

À l’heure où le fascisme réapparaît en France, la commémoration de la déportation revêt une signification particulière. Le devoir de mémoire qui nous échoit se double d’un devoir de résistance. C’est pourquoi l’Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans appelle, plus que jamais, à participer à la Journée nationale du Souvenir de la Déportation, et à se joindre au dépôt de la gerbe à la mémoire des persécutions des homosexuels par le régime nazi.

Plus d'informations :

Mémorial de la Déportation Homosexuelle sur le web : http://www.chez.com/triangles


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur